Référentiel commun d’accélération de l’accès à l’emploi et d'insertion sociale grâce aux services de mobilités et logistique

De Resilience Territoire


Commun référentiel et matrice normative de maîtrise des usages des mobilités innovantes et de la logistique distribuée pour quartiers en phase de revitalisation

💼 Porté par AVAIRX

Echanger, Poser des questions

Description : Développer la maîtrise des usages et les solutions de mobilités et logistique adaptés aux populations précaires en territoires vulnérables

Destination du commun et qualification du problème

  1. Le commun est destiné à répondre aux enjeux des quartiers et des territoires vulnérables, peu résilients, où des populations précaires, insolvables et parfois isolées vivent, en préparation de la revitalisation programmée de leurs lieux de vie, d'activités sociales, éducatives et économiques. Le commun doit répondre aux défis de maîtrise d'usage des nouvelles mobilités et de la logistique innovante et distribuée, à une échelle méso-géographique.
  2. Dans plusieurs de ces territoires, les résidents expriment des inquiétudes liés à des sentiments d'insécurité et de vulnérabilité diffuses (perte d'accès aux opportunités d'emploi, difficulté à accéder à l'éducation, pour certains à une vie sociale, voire une insécurité liée à la préservation des biens) et parfois des rejets, par une utilisation détournée et dangereuse des nouvelles mobilités et des solutions logistiques distribuées dans le territoire. La résilience du territoire et des usages maîtrisés des mobilités et de la logistique contribueront, par effet de réseau, à "reconquérir" le territoire par ses résidents actuels et les futurs visiteurs, résidents et entreprises qui viendront s'y installer.
  3. Un enjeu corrélé et identifié est l'accès à une mobilité et une logistique décarbonnées, grâce à l'électrification des systèmes de mobilités. Ces systèmes combinés restent pour beaucoup à découvrir. Bien que les usagers-clients de ces territoires soient ouverts à développer une mobilité mutualisée, pour développer l'autopartage, le co-voiturage, ils expriment de fortes préoccupations face à des coûts croissants des prix de l'énergie, le coût des véhicules électriques, même d'occasion, les coûts d'usages des EMP distribués et utilisés pour rejoindre les pôles de transport en commun, les gares, les PEM, les stations de métro, les stations de transport inter-régionales...

Les actions engagées et pourquoi le commun

1. La présentation des futures solutions MaaS et du compte mobilité intéresse, avec cependant un horizon qui semble démotivant pour les plus précaires et les populations aidées (+/- 20-30% de la population du territoire site d'ancrage). Par ailleurs, pour certaines entreprises, ces solutions sont parfois perçues comme un risque pour leur attractivité d'employeur, car elles souhaitent préserver les "avantages" de leurs employés (une place de parking en entreprise, pour la voiture individuelle auto-soliste utilisée pour les trajets domicile-travail quotidiens). Le commun propose ainsi de répondre, de manière incrémentale et ciblée, à la future arrivée des projets de MaaS, tout en accélérant l'exposition et la maîtrise des usages des solutions de mobilité et de logistique innovantes dans des territoires peu résilients.

2. Par ailleurs, l'intérêt et le développement des tiers lieux, contributeurs à la "démobilité" et à l'optimisation es activités de proximité, à l'intersection de quartiers peu résilients et de quartiers revitalisés, soulignent l'importance de développer un commun référentiel qui pourra servir de feuille de route à la résilience territoriale liées aux nouvelles mobilités et à la logistique distribuée du dernier kilomètre dans des quartiers exposés aux mêmes problèmes (1515 QPV identifiés par Agence nationale de la cohésion des territoires)

De plus, de manière étendue, le commun pourra soutenir l'établissement de ZFE, en prenant en compte les risques de création d'inégalités sociales (utilisation par une catégorie de population aisée d'une voiture électrique encore coûteuse pour accéder à un centre de décision / lieu de travail en ZFE, tandis que les précaires resteraient cantonnés à leur quartier avec des véhicules hors critères ZFE).

3. Enfin, il pourra contribuer à répondre à d'éventuelles crises, climatiques liées par exemple à des inondations éclairs "flash floods", incendies, ou crises sociales, par exemple avec la fermeture étendue de voies de circulation liées à des mouvements sociaux.

Les étapes actions dans le projet

Le projet de commun est en phase pré-opérationnelle dans le périmètre de la ZAC littorale développée par l'EPAEM Euroméditerranée et intégré au projet de centrale de mobilités de nouvelle génération du quartier des Fabriques. Le projet a été présenté à la ville de Marseille (service innovation sociale, coproduction de l'action publique et du bien commun), soutenu par la Métropole Aix Marseille Provence pour la feuille de route de la centrale de mobilités, alignée sur le PDU de la Métropole et les parts modales cibles, connu des promoteurs immobiliers impliqués dans la ZAC Euromed, dont Linkcity, Groupe Bouygue, Eiffage et une première communauté coeur d'usagers, membres d'associations d'entreprises actives sur Euromed. Durant les travaux de l'année 2020 de spatialisation des besoins, les ateliers de design thinking avec la population locale et les efforts portés pour développer le commun, avec AVAIRX et l'association Cap au Nord Entreprendre, font apparaître le besoin de développer un commun de connaissance, usage et méthodologie. Il doit offrir à un grand nombre d'adhérents des associations locales TPE PME (1,2 employé en moyenne) qui recherchent une approche commune, un savoir faire dans l'usage des nouvelles mobilités pour développer l'accès à l'emploi et l'insertion sociale.

Pourquoi développer un commun en design thinking avec des ateliers

L'expression des besoins dans une démarche de proximité avec les usagers a permis de sensibiliser au changement et au besoin de changement de mode et d'habitudes de transport :

  • Partage et mutualisation de la mobilité
  • maîtrise du budget transport de famille monoparentale
  • électrification des véhicules / engins de mobilité,
  • coût de l'énergie,
  • maîtrise et respect des usages,
  • appropriation communautaire d'un bien commun,
  • réalisation effective de la mobilité et de la logistique innovante

Les objectifs

  • Rechercher et recenser les meilleures pratiques en France, dans le monde francophone et dans le monde, dans une recherche de réplicabilité
  • Fédérer des territoires confronter aux mêmes vulnérabilités thématiques
  • Sensibiliser et engager les populations du territoire et poursuivre la fédération des membres de l'écosystème
  • Spatialiser la mâitrise des usages selon les pains et les attentes des usagers du territoire en les confrontants avec les offres actuelles et à expérimenter
  • Promouvoir et communiquer l'action de développement du commun
  • Produire un livrable commun, évolutif et incrémental
  • Diffuser et disséminer le commun pour rapprocher les porteurs de communs utilisateurs du commun
  • Développer une culture de résilience co-créative locale et mise en réseau
  • Les sous lots:
    • Définir le champs d'application de la maîtrise d'usage et l'étendue du référentiel commun
    • Etablir le process de mise en oeuvre du commun
    • Recenser les exigences essentielles de résilience logement + mobilité + logistique d'insertion et d'accès à l'emploi
  • Former à l'usage du commun et le livret pédagogique d'exploitation
  • Préparer l'expérimentation du commun sur une centrale de mobilités et de logistique distribuée
  • Développer la 1ère version du commun matrice référentiel
  • Identifier les actions de politiques, de gouvernance et d'investissement pour soutenir la diffusion du commun
  • Proposer un plan de déploiement
  • Dresser et cibler le plan de mise à l'échelle pour chaque territoire mis en réseau:
    • Mobiliser les territoires similaires
    • Identifier des volontaires / bénévoles formateurs
    • Impliquer des volontaires civiques pour préparer les événements

Les livrables

  • Une matrice référentielle commune sous license Creative Commons, pour une première étape d'expérimentation avec mesure de KPI et axes d'amélioration pour améliorer l'appropriation du commun par des "commons promoters"
  • Cartographier les premiers autres territoires à mettre en réseau pour une dissémination du commun dans des événéments sur la résilience territoriale avec la thématique mobilité et logistique
  • Bâtir un réseau réactif et solidaire autour du commun
  • Sourcer d'autres cas d'usage où le commun pourra être déployer et capitaliser pour mieux répliquer

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource : Fabrique de la Logistique, Fabrique des Energies, Fabrique des Mobilités, Ministère de la Transition Ecologique

Contributeurs : Chauf, Emmanuelleferblantier, Marine.colom@avairx.com, Rainasaran

Défi auquel répond la ressource : A- Mobilités et logistiques

Autre commun proche : Diagnostic Mobilité, La Fresque de la ville, Mobility, Movilab.org, SITI, Serious game résilience

Richesse recherchée : Cas d'usages, Financement, Moyen de prototypage - production - essais et calcul, Expérimentation, Contributeur - Communauté

Compétences recherchée : Vulnérabilités, Vulnérabilités/Ecosystémique, Vulnérabilités/Démographique, Vulnérabilités/Sociale, Vulnérabilités/Energétique, Vulnérabilités/Economique, Facteurs de résilience, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Economie, Facteurs de résilience/Infrastructure, Facteurs de résilience/Instruments, Facteurs de résilience/Urbanisme, Anticipation, Anticipation/Veille, Anticipation/Indicateur, Anticipation/Prospective, Gestion de crise, Gestion de crise/Enjeux, Gestion de crise/Protection, Gestion de crise/Préservation des services essentiels, Gestion de crise/Dispositif

Communauté d'intérêt : Communauté des territoires

Type de licence ? Creative Commons, ODC Open Database License (ODbL)

Niveau de développement : Preuve Concept & 1er client

Cloud / Fichiers :

Commun-accélération-insertion-emploi-inclusion.png

Tags :

Catégories : Données, Connaissance, Lieu

Thème : Général/Modèles, Général/Approches, Général/Enjeux, Général/Domaines, Vulnérabilités, Vulnérabilités/Ecosystémique, Vulnérabilités/Démographique, Vulnérabilités/Sociale, Vulnérabilités/Energétique, Vulnérabilités/Economique, Facteurs de résilience, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Economie, Facteurs de résilience/Infrastructure, Facteurs de résilience/Instruments, Facteurs de résilience/Urbanisme, Anticipation, Anticipation/Veille, Anticipation/Indicateur, Anticipation/Prospective, Gestion de crise, Gestion de crise/Enjeux, Gestion de crise/Préservation des services essentiels, Gestion de crise/Dispositif

Candidat Appel à Communs : candidat 5 Nov

Référent ADEME : Gabriel.plassat

Référent du commun : Chauf


Les 5 parties ci dessous sont à remplir obligatoirement pour analyser le commun et vous conseiller

Candidat Appel à Communs : candidat 5 Nov

Montant Aide souhaitée (en Euro) à l'Appel à Communs Résilience : 45000

1.Détails du Financement :

Le budget de développement du commun est mise à disposition dans le fichier image joint. Le projet se déroulera sur une période de 12 mois réparti en : 3 types de dépenses:

  • dépenses de production pour la production du commun au travers de 32 ateliers de design thinking, comprenant supports et ateliers physiques pour un montant de 16 000 euros à 500 euros l'atelier.
  • dépenses pour la formation des leaders des ateliers de design thinking de développement du commun à 900 euros unitaire pour former 40 leaders d'atelier design thinking pour un montant de 36000 euros
  • gestion de la production du commun sur 96 jours à 500 euros / jour

Soit des dépenses total établies à 100K euros

Recettes:

  • Participation aux ateliers (participation repas) pour un montant de 9000 euros (en comptant 67% taux de participation de paiement au repas)
  • Contribution en apport de salles pour les ateliers pour un de 18500 euros
  • La demande de subvention auprès de l'appel à commun pour un montant de 45000 euros à équilibrer entre Cap au Nord et AVAIRX

Soit des revenus établis à 100K euros avec l'assistance de l'appel à commun

Justification de l'éligibilité: Le commun vise un défi identifié et exprimé à la fois par l'aménageur, la ville, la métropole et les associations du territoire, une forte vulnérabilité des populations et une faible résilience face aux usages des nouvelles mobilités et de la logistique distribuée du dernier kilomètre. Les défis et enjeux corrélés sont:

  • Solvabilité et résilience économique
  • Connaissance et maîtrise des usages durables
  • Adresser le sentiment diffus d'isolement et d'insécurité grâce à une mobilité individuelle mieux planifiée avec les bons modes et la bonne part modale (voir se faire livrer plutôt que se déplacer)
  • Sensibiliser à l'intérêt des tiers lieux catalystes des nouvelles mobilités et de la logistique innovante
  • Contribuer à apaiser l'instauration de ZFE pour répondre aux objectifs de développement durable et à la baisse de la pollution
  • Apprendre à une population précaire à développer une mobilité anticipée, réfléchie et durable pour résister aux éventuelles crises (climatique, économique, sociale)

Après l'utilisation en "bac à sable" du quartier des Fabriques, le financement post appel à commun est étudier pour un déploiement auprès d'autres promoteurs et aménageurs dans l'animation et le déploiement du commun, tant en France qu'en Afrique où le concept et l'exportation de ville méditerranéenne française est engagée. Issu de l'initiative en mentorat d'AVAIRX M2IE, le projet est planifié pour un déploiement sur 36 mois pour couvrir les quartiers en besoin de compétences mobilité et logistiques innovantes, résiliantes, mutualisées et potentiellement plateformisée par les acteurs hyperlocaux structurés en association de makers.

Les fiches acteurs des grandes administrations impliquées (EPAEM, Ville de Marseille, Métropole MAMP, Maison de l'emploi, Cité des Entrepreneurs, l'université Aix Marseille, des MSP d'EMP et de camionnettes électriques partagées ne sont pas encore créées). Des acteurs regroupant des sociétés autour de l'association Rêves de Scènes Urbaines ou encore Efficacity ne sont pas encore créées mais leur participation est planifiée.

Le SCOP Synchronicity qui travaille sur le schéma cyclo-logistique de Marseille est informée et pourra être mobilisée, la demande budgétaire exprimée en 2021 était trop élevé pour engager son intervention. Enfin, le montage d'un projet Smart Mobility dans le cadre de Horizon Europe est également à l'étude pour regrouper des territoires exprimant les mêmes problématiques. le projet européen impliquerait des travaux de modélisation, simulation et optimisation de la résilience des populations précaires utilisatrices des mobilités et de la logistique innovante.

2.Détails Résilience et Territoire :

L'impact sur la résilience mobilité et logistique sera mesuré par le nombre de résidents et visiteurs usagers/clients des nouveaux usages mutualisés, tout d'abord sur un échantillon de beta testeurs membres de l'association Cap au Nord Entreprendre, puis étendu à un quartier, celui des Fabriques dans le 15ième arrondissement de Marseille où des bâtiments certifiés BREEAM accueilleront des services de mobilité partagés (bornes de recharges VE, places dédiées co-voiturage, accessibilité PMR pour usage de VE, parking vélos et cargo bikes logistiques, zone de suivi et infrastructure digitalisée pour promouvoir la marche dans le quartier). La réversibilité des espaces et la réduction des places de parking dédiées aux voitures autosolistes permettrait également d'étendre les tiers lieux avec le développement des usages partagés de la mobilité, en réduction de l'autosolisme endémique dans le périmètre de la ville de Marseille.

Des KPIs spécifiques de mesure de la réduction des kilomètre parcourus, consommation énergétique des services de mobilités et de logistiques, baisse des GES transports et d'augmentation de l'usage des transports en commun ont été identifiés pour une mise en place progressive, coordonnée avec le déploiement de l'infrastructure évolutive dans la ZAC.

La ZAC est développée par l'EPAEM d'Opération d'Intérêt National, où la ville de Marseille et la Métropole siègent au conseil d'administration.

Depuis Novembre 2020, la communauté associative s'est fortement rapprochée des promoteurs, avec une implication de la Métropole, avec la coordination soutenue de l'EPAEM et l'intervention d'AVAIRX pour la partie coordination des acteurs, identification des besoins, design thinking et proposition de la feuille de route d'exécution opérationnelle de la centrale de mobilités des Fabriques. L'ancrage du projet avec le territoire est soutenu par l'EPAEM, la Métropole et la Ville de Marseille, ainsi que par les résidents et membres d'associations d'entreprises et de personnes physiques.

L'objectif du commun est d'étendre la mise en réseau et de renforcer les liens entre ces acteurs, afin également de leur donner des arguments et un outil commun mobilité et logistique durables en soutien d'une ZFE.

3.Détails Impacts environnementaux :

  • A court terme, sensibilisation et compréhension du besoin de changement des usages de la mobilité et de la logistique
  • Maximisation de l'usage des mobilités douces, mutualisées, partagées et décarbonnées à moyen terme
  • Anticipation et accompagnement au changement des mobilités et de la logistique pour les résidents et les entreprises du périmètre
  • Réduction des GES transport encore aujourd'hui très marqués par l'autosolisme
  • Soutien à la mise en place d'une ZFE grâce à la co-création design thinking des usages de la mobilité partagée de demain pour les populations vulnérables et précaires

Les données et résultats des ateliers, des premiers résultats des changements de comportement, d'adoption des usages et leurs raisons seront partagés. La mesure de l'évolution et de la baisse des GES sur l'échantillon beta testeur sera simulée avant de pouvoir être totalement massifier en proposant des données traitées. Les contributeurs du projet fournissent déjà des données en open data, schéma cyclables #Norwego ouverts, formation au développement de places urbaines durables par AVAIRX pour des étudiants (MITAT Toulouse et étudiants internationaux + responsables prospectives de promoteurs immobiliers, Ports et Aéroports). Tous les partenaires du projet sont dans la recherche de création d'un bien commun et de sa diffusion, tout d'abord en bac à sable, pour une diffusion plus large par la suite.

4.Synthèse du projet de Commun :

Depuis 2012, la société AVAIRX a commencé ses travaux comme laboratoire des usages VE, puis dans la développement de compétences en lien avec les véhicules autonomes (feuille de route nationale Véhicule Autonome France puis expert Commission Européenne CCAM depuis 2019), en combinant l'assistance en mentorat et formation pour plusieurs acteurs (start-up électrification des transports, exploitants, places aéroportuaires et portuaires en formant à la méthode design thinking et la mesure des expérimentations issus des ateliers de Design Thinking, plus particulièrement sur l'acceptabilité des systèmes émergents et non-conventionnels.

Cap Au Nord entreprendre anime un réseau d'entreprises des territoires Nord avec sa référente Mobilité pour développer des boîtes à outil mobilité, insertion et création d'emploi, ces travaux sont sanctuarisés par des commissions mobilités mensuelles de partage de bonnes pratiques et d'usage destinés à réduire les risques pour les UVR.

Le commun permettra ainsi de combiner et fédérer les efforts des deux entités pour poursuivre l'animation du projet initié en avril 2020, avec une mise à disposition plus large dans le territoire, en France et à l'étranger.

Le commun pourra également venir alimenter les travaux de recherche du laboratoire de la mobilité inclusive, à la fois pour adresser la qualification des populations et, avec la proposition du commun, établir un lien et un rapprochement avec les promoteurs immobiliers, pour croiser les coûts / budgets résidentiels et le budget mobilité pour les populations cibles. L'application de la méthode design thinking permettra également de rapprocher les études du laboratoire de la mobilité inclusive et de ses membres avec les préoccupations "terrain" des populations concernées.

5.Autodiagnostic :

Le problème a été défini très précisément par l'EPAEM, ses administrateurs, les entreprises, associations et résidents du périmètre.

D'autres universités, telle que celle de Nice et de potentiels partenaires européens (centres de recherches, laboratoires des mobilités et villes observatrices sont intéressées);

Le contexte a été étudié pendant 1 an par AVAIRX, missioné par l'EPAEM, pour coordonner les travaux de l'écosystème et produire une feuille de route pour la mise en oeuvre de la centrale de mobilité des Fabriques qui sera proposée par Bouygues.

La résilience passera par les changements d'usage des offres de mobilités et la nouvelle logistique, en disposant du commun pour identifier les procédures et les bonnes pratiques d'usage à respecter. L'impact du commun fédérera les acteurs locaux, les entreprises, leurs salariés, les résidents autour d'un usage maîtrisé de la mobilité innovante, mutualisée, partagée et de la logistique, le temps que les transport en commun de masse rejoignent les quartiers en cours de revitalisation (horizon 6-8 ans).

Durant la phase de déploiement, des tiers lieux et des associations de makers locaux pourront également rejoindre le commun pour inverser le besoin de se déplacer et développer des schémas d'entraide, de mutualisation et d'usage des transports en cours d'évolution, voir de ne plus se déplacer pour la moindre raison, en focalisant l'usage sur le bon mode pour aller travailler et s'insérer socialement.

Les contributeurs sont des entreprises enregistrées au RCS et comme associations déclarées. Les besoins ont été exprimés à la fois par l'aménageur, la ville, la métropole ainsi que les résidents des quartiers directement impactés lors d'atelier de design thinking en 2020.

Le projet de commun dispose d'un ancrage territorial fort avec la proposition d'un premier projet baptisé "Fab MaarS" regroupement un consortium constitué de EPAEM, les associations d'entreprises du territoire, la SCOP Synchronicity, la Maison de l'emploi et AVAIRX et ses autorités de tutelles qui ont délibéré le projet en Octobre 2021.

Le commun est depuis sa création développé de manière collaborative avec la méthodologie design thinking, pour laquelle les acteurs clés ont été formés et qu'ils utilisent avec plus d'aisance. L'intégration d'autres acteurs de l'infrastructure urbaine digitalisée (signalétique piétons dynamique, pedibus connectés, prévention routière, assurance, universités laboratoire de psychologie sociale et fondations sont également impliqués, sans actuellement rentrer dans le consortium.

Des conseils complémentaire sur le bon positionnement du commun seront bienvenus afin de maximiser son effet de réseau, son usage et sa large diffusion.

Des informations sur la résilience des populations précaires ailleurs dans le monde, pour certaines dépendantes de la Gig économie seront bienvenus pour proposer une vision apaisée de l'usage des mobilité partagée, mutualisée et décarbonnée.

Les données et accès à d'autres communs sur la résilience et la mise en réseau de problématique commune des populations précaires et vulnérables sont nécessaires afin d'étalonner le commun. Des échanges sur des cas d’usages complémentaires rencontrés dans d'autres territoires seront bienvenu, notamment sur l'intégration d'offres de transport dans un schéma immobilier.

L'expérimentation du commun se déploiera avec l'arrivée des premières offres de mobilité dans le périmètre des Fabriques, puis étendu à la ZAC et d'autres quartiers et territoires.

Une réflexion sur comment maximiser l'infrastructure pédestre a été engagée pour contribuer à réduire les Kilomètres véhicules parcourus dans la cadre de l'expérimentation en bac à sable.

Les premiers financements permettront d'amorcer la création/structuration/production du commun pour l'utiliser et l'exploiter en situation réelle.

Des financements complémentaires permettront d'étendre l'usage de nouveaux systèmes de mobilité et de logistique, toujours dans l'optique de réduire la vulnérabilité des résidents et accroître le schéma de résilience du territoire.

Le coût relativement modeste de la création du commun, maximiser par le crowd sourcing en design thinking permettra d'étendre sa portée et nous espérons, sa réalisation et l'adoption du référentiel.

Le premier financement permettra ainsi de rentrer dans la phase opérationnelle de création du commun de manière pleinement collaborative.


Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Référentiel commun d’accélération de l’accès à l’emploi et d'insertion sociale grâce aux services de mobilités et logistique: aucun pour le moment