Serious game résilience

De Resilience Territoire


Jeu sérieux sur la Résilience


Description : La résilience est déjà perçue, par nombre de collectivités et d’organisations, comme une thématique à investir nécessairement pour anticiper, s’adapter et se transformer face à la multiplication des chocs et stress chroniques qui peuvent affecter les territoires. Du point de vue théorique et méthodologique, la notion de résilience ne peut plus être considérée comme émergente : elle est fortement investie et fait l’objet de nombreux référentiels, outils et offres existantes et qui ont vocation à permettre aux collectivités de se saisir de ce sujet (outil de diagnostic, de sensibilisation, de mobilisation des acteurs, d’aide à la décision…).

Pourtant, nous faisons le constat d’une « rencontre manquée » entre les territoire désireux de s’engager dans une démarche de résilience (une vingtaine de collectivités ont exprimé cette appétence en réponse au questionnaire que nous avons diffusé en octobre 2020), et les nombreuses ressources qui pourraient les y aider mais qui demeurent éclatées, peu connues, peu accessibles (un certain nombre ne sont disponibles qu’en anglais) et, pour certaines très techniques et exigeant ainsi un fort investissement de temps pour être apprivoisées. Or cette rencontre apparaît essentielle pour que la résilience deviennent un véritable moteur de transformation des politiques publiques locales au service des villes, des territoires, des sociétés qui les habitent et de l’économie qui les animent.

C’est à ce besoin que notre outil, prenant la forme d’un « jeu sérieux », entend répondre. Ce commun s'inscrit donc résolument dans le premier défi identifié par le présent appel, « Connaissance – Ressources », puisqu’il s’agit de penser, dans une démarche collaborative, l’articulation entre différents contenus (outils, offres, exemples inspirants) et leur démocratisation. Ce jeu s’inscrit également dans celui intitulé “Mieux décider ensemble”, puisqu’il cherche à favoriser la sensibilisation, l’implication et la coopération des acteurs des territoires en les éclairant sur leurs rôles et moyens mobilisables dans une démarche de résilience.

Un jeu sérieux est un dispositif ludique poursuivant des objectifs sérieux (ici, l’information, la sensibilisation et la mise en action des joueurs en matière de résilience). Interactif par essence et ressort d’expérience, le jeu apparaît comme un format opérant pour faciliter l’appropriation effective des ressorts de la résilience. Nos recherches préliminaires, et en particulier le benchmark des jeux existants, nous portent à privilégier un format de jeu hybride alliant présentiel (plateau de jeu, carte, pions…) et fonctionnalités numériques (partage de résultats du jeu, création d’une communauté, prolongement de la partie…).

L’outil poursuivra les objectifs suivants : - Sensibiliser davantage encore les acteurs des collectivités territoriales et leurs partenaires aux mécanismes et enjeux de la résilience : ce en portant notamment une attention particulière à la dimension systémique de la résilience, et à la nécessité, pour engager une démarche de ce type, de mener en priorité un diagnostic des vulnérabilités du territoire concerné, en lien avec ses spécificités. Ici, notre outil pourra s’articuler avec d’autres communs visant à développer des méthodologies de diagnostic, dont celui porté par Frédéric Haas. En effet, nous pourrons travailler à partir des indicateurs mobilisés par cet outil de Diagnostic 360° afin de dresser ce premier diagnostic des vulnérabilités (dans une forme bien évidemment plus simplifiée ici) : les synergies entre ces deux communs apparaissent alors, même si leurs formes et outputs diffèrent. -Accompagner les acteurs du territoire dans un premier niveau d’engagement en leur permettant, à l’issue du jeu, d’identifier les outils et offres déjà existantes et répondant aux besoins qui, pendant le jeu, auront semblé être prioritaires. Il s’agit, en d’autres termes, de remédier à la « rencontre manquée » dont nous faisions le constat. Bien entendu, il est ici possible d’alimenter ce jeu avec d’autres communs, vers lesquels il pourra renvoyer les joueurs. -Outre le contenu utile proposé dans le jeu, il comportera également une dimension méthodologique et proposera un support de réflexion pour aider le territoire dans sa réflexion (dans le cadre du profil initial de territoire). -Contribuer à l’émergence et à la consolidation d’une véritable communauté autour des thématiques relatives à la résilience : les joueurs pourront garder une trace de leurs parcours de jeu et le partager (en ligne) avec d’autres personnes en ayant fait l’expérience. Le jeu doit alors permettre d’alimenter les débats et de comparer les différentes approches de la résilience déployées sur différents territoires. Par ailleurs, ce jeu se veut évolutif : il pourra être enrichi par des contributions diverses, et, de ce fait, appropriable par un large public.

Ce jeu sérieux pourra être testé avec des collectivités territoriales pilotes, notamment partenaires de France Ville Durable ou de l’Ademe, avant d’être plus largement déployé.

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource : BL évolution, Banque des Territoires, Bouygues Construction, CEREMA, Chronos, France Ville Durable, The Shift Project

Contributeurs : Alexandra watier, Anner, Anastasia Tymen, Chloé Friedlander, Virginie Alonzi, Elsa Favreau, Efav

Défi auquel répond la ressource : 1- Connaissances - Ressources, 3- Mieux décider ensemble

Autre commun proche : 100 resilient cities, Diagnostic 360° de résilience territoriale, Outil prospectif "33 Et Si", TACCT Trajectoires d'Adaptation au Changement Climatique des Territoires

Richesse recherchée : Cas d'usages, Financement, Moyen de prototypage - production - essais et calcul, Expérimentation, Contributeur - Communauté

Compétences recherchée : Vulnérabilités, Facteurs de résilience

Communauté d'intérêt :

Type de licence ? Creative Commons

Niveau de développement : Idée

Cloud / Fichiers :

No-image-yet.jpg

Tags : outil, jeusérieux, gouvernance partagée, sensibilisation, mobilisation, culture de la résilience, empowerment

Catégories : Connaissance

Thème : Général/Approches, Général/Enjeux, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Instruments, Facteurs de résilience/Urbanisme, Anticipation/Indicateur

Candidat Appel à Communs : sélectionné

Référent ADEME : Elodie, Jaimeyann

Référent du commun : Anner, Efav


Les 5 parties ci dessous sont à remplir obligatoirement pour analyser le commun et vous conseiller

Candidat Appel à Communs : sélectionné

Montant Aide souhaitée (en Euro) à l'Appel à Communs Résilience : 60200

1.Détails du Financement :

Financement des phases préalables Le projet a fait l’objet d’une phase de cadrage (phase 1), aujourd’hui achevée, correspondant à un budget de 40 000 € HT, cofinancé par la Banque des Territoires et Bouygues Construction. Cette phase a notamment permis de tester de premières hypothèses de travail et de poser les bases d’un concept de jeu, de construire une première base documentaire et de bâtir une communauté de partenaires ayant tous exprimé leur intérêt pour contribuer à l’élaboration du jeu.

Budget global Le projet entre désormais en phase de conception (phase 2) qui fait l’objet du présent appel à Communs. Le budget global pour cette phase est estimé à 86 000 € HT correspondant aux postes de dépenses suivants :

Poste 1 : structuration des éléments de contenu du jeu - 20 000 € Contenu : Récolte des contributions et ressources mises à disposition pour l’ensemble des partenaires (Shift Project, ADEME, CEREMA, Département de la Gironde, La Base, nouvel acteur de la résilience rejoignant le dispositif) et qui seront mises en valeur dans le jeu. Sélection, hiérarchisation et organisation des contenus dans une trame de jeu structurée et adaptation du format de ces contributions pour les rendre compatibles avec le format du jeu. Profils mobilisés : tâches réalisées conjointement par les équipes de Bouygues Construction et de Chronos. Côté Bouygues Construction, seront mobilisés : la cellule prospective (Elsa Favreau, Virginie Alonzi, Fabrice Poline) mais également des référents de ELAN, Bouygues Energie et Services et LinkCity. Côté Chronos, seront mobilisés : Anne Rumin, doctorante, Anastasia Tymen, cheffe de projet et Philippe Archias, directeur de projet. Temps / personne estimé : 20 jours, à un taux / jour de 1000 € HT. Ce taux / jour s'appuie sur le niveau de séniorité des intervenants mobilisés dans les trois structures.

Poste 2 : sélection et pilotage d’un binôme de prestataires-concepteurs - 6 000 € HT Contenu : il s’agit de sélectionner l’équipe pluridisciplinaire qui sera chargée de concevoir le jeu (élaboration d’un cahier des charges exprimant le besoin et les compétences attendus, itérations avec plusieurs prestataires) et de piloter leur intervention (échanges de travail réguliers, interface avec la communauté des partenaires du commun et pilotage du dispositif de co-construction avec les collectivités territoriales associées). Profils mobilisés : équipes de Chronos Temps / personne estimé : 6 jours, à un taux / jour de 1000 € HT. Ce taux / jour s'appuie sur le niveau de séniorité des intervenants mobilisés dans les trois structures.

Poste 3 : conception formelle du jeu - prestation de design et de développement web - 50 000 € HT Contenu : Cadrage de la mission et prise de connaissance des éléments de pré-conception et de contenu existants (5 jours) Elaboration de scénarii de jeu permettant à la communauté de partenaires de retenir les hypothèses les plus cohérentes au regard des objectifs (5 jours) Itérations sur ces scénarii (ateliers collaboratifs) (5 jours) Prototypage d’une version intermédiaire du jeu (10 jours) Développement des fonctionnalités numériques associées (5 jours) Ateliers de test de cette première version avec différentes collectivités partenaires : (5 jours) Conception du jeu finalisé intégrant les retours usagers (10 jours) Finalisation des développement web associés (5 jours) Profils mobilisés : un game designer chargé de créer le “gameplay”, c’est-à-dire de l’expérience de jeu (univers, actions et comportements auxquels le joueur devra faire face…) et un web développeur chargé de concevoir les fonctionnalités digitales associées au jeu. Temps / personne estimé : 50 jours, à un taux / jour de 1000 € HT Nous avons évalué ces coûts liés à la conception formelle du jeu en nous appuyons sur la dimension probablement pluridisciplinaire du groupement qui sera à mobiliser : le taux / jour indiqué est donc une moyenne des coûts/jours associés à ces différents profils. Il s'agit néanmoins d'une estimation - nous étudierons en effet les différentes offres qui nous serons faites. NB : Il s'agit donc là de s'associer à un partenaire opérationnel (et non financier) externe, rémunéré pour sa prestation.

Poste 4 : Mobilisation, communication, diffusion - 10 000 € HT Contenu : il s’agit d’animer la communauté de partenaires associés à la conception du jeu mais également d’accompagner sa diffusion en mobilisant les réseaux de chacune des trois structures et en organisant des temps forts de communication (animation réseaux sociaux, publications, évènements de lancement, ateliers de sensibilisation, webinaires…) Profils mobilisés : équipes de Chronos, de la Banque des Territoires et de Bouygues Construction Temps / personne estimé : 10 jours, à un taux / jour de 1000 € HT

Schéma de financement : L’enveloppe budgétaire globale est estimée à 86 000 € HT avec le modèle de financement suivant : Montant de l’aide demandée à l’ADEME : 60 200 € HT (soit 70%) Montant du cofinancement : 25 800 € HT (soit 30%), répartis comme suit : 2 000 € HT apportés par Chronos sous forme de temps/personne 23 800 € HT apportés par Bouygues Construction : 15 000 € HT sous forme de temps/personne (environ 15jours) 8 800 € HT sous forme d’apport matériel (mise à disposition de salles pour les ateliers, ressources internes du service communication et marketing…) Cofinancement complémentaire : 10 000 € HT apportés sous forme de subvention par la Banque des Territoires. Cette subvention doit faire l’objet d’une validation au cours du prochain comité d’engagement de la Banque des Territoires qui aura lieu en juin. Si celle-ci venait à être confirmée, elle viendrait en déduction de l’effort financier demandé à l’ADEME. Sa contribution s’élèverait alors à 50 200 € HT.

Eligibilité  : Chronos est une marque de l’association Auxilia. Son statut juridique lui permet de recevoir des aides publiques. La Banque des Territoires et Bouygues Construction n'ont pas non plus de contraintes d'éligibilité.

2.Détails Résilience et Territoire :

Impact sur la résilience : Le jeu sérieux que nous proposons de développer collectivement doit avoir des impacts indirects, quoique nécessaires, sur la résilience effective des territoires - à savoir leurs capacités d’anticipation, d’adaptation et de transformation face aux bouleversements systémiques qui s’annoncent. Ainsi, l’outil ne permettra pas par lui-même de mettre en place un plan d’action détaillé visant à encourager la résilience, mais il doit permettre aux acteurs du territoire d’être eux-mêmes en capacité de développer de telles stratégies. Sous cet angle, l’outil se présente comme un levier de capacitation des élus, agents territoriaux, partenaires des collectivités (privés ou publics) et citoyens : cette phase d’empowerment nous semble constituer une première marche nécessaire pour travailler le sujet de la résilience. Adoptant le prisme de l’humain (les joueurs peuvent se glisser dans la peau de personnages et adopter différentes postures de jeu), notre outil doit aider les différents types d’acteurs à identifier où se situe leur marge d’action dans le déploiement d’une stratégie de résilience. Par ailleurs, si cet objectif de mobilisation des acteurs est bien atteint, cela devrait alors permettre de faire de la résilience non plus une thématique supplémentaire dont les collectivités doivent se saisir, mais bel et bien le cadre même de l’ensemble des politiques publiques : la résilience doit ainsi devenir une stratégie de développement territorial, guidant tous les acteurs du territoire vers une même perspective. Si l’impact que ce projet doit avoir sur la résilience est donc indirect, il pourra cependant être mesuré à partir de plusieurs indicateurs : nombres d’usagers ayant recours au jeu ; nombre de retours faits par les usagers sur cette expérience et intensité des échanges suscités par celle-ci; démarches effectivement engagées par les acteurs des collectivités à l’issue du jeu.

Par ailleurs, ce jeu pourra également avoir une incidence plus directe sur la résilience par la dimension opérationnelle qu’il entend articuler à cette première approche globale de la résilience territoriale. En effet, notre outil se donne pour objectif d’orienter les acteurs du territoire vers des solutions concrètes de résilience, à l’échelle des quartiers et projets urbains et en lien avec les politiques publiques.

Lien et ancrage territorial : Nous avons, lors des phases préliminaires de cette démarche, identifié le besoin de tester le jeu sérieux auprès de collectivités territoriales. Ainsi, les co-porteurs du commun et leurs collaborateurs (France Ville Durable notamment, mais aussi le département de la Gironde), sont autant de relais possibles pour nous mettre en lien avec des territoires qui pourront faire l’expérience du jeu et l’enrichir par leurs retours. De la même manière, l’Ademe travaillant d’ores et déjà sur la thématique de la résilience avec des collectivités, nous pensons que celles-ci pourraient potentiellement prendre part à ces phases de test. Par ailleurs, en complément de ces territoires qui seront ciblés grâce à l'aide de nos partenaires, le jeu pourra être aussi être testé et utilisé sur des collectivités aux caractéristiques diverses (choisis selon des critères de taille, de spécificités environnementales, de types de risques...). Ainsi, lorsque son prototypage sera achevé, un déploiement du jeu dans le monde francophone (diffusion de celui-ci via l'Association Internationale des Maires Francophones notamment), voire plus largement à l'internationale, pourra être envisagé.

Description de la communauté dans le Territoire : Cet outil doit permettre d’approcher la thématique de la résilience depuis les spécificités des territoires : il ne peut pas en être autrement, puisque, par définition, une démarche de résilience doit permettre de faire face à des changements qui, quoique globaux, s’incarnent de différentes façons selon les vulnérabilités et atouts propres aux territoires concernés. Le jeu comporte alors une première phase d’autodiagnostic (potentiellement complétée par d’autres communs, tel que l’outil de diagnostic 360° proposé par Frédéric Haas), qui doit pousser les acteurs à identifier certes leurs principales vulnérabilités, mais aussi leurs forces et principaux facteurs de résilience. Nous faisons le pari que figureront, parmi ces atouts à mettre en valeur, les acteurs locaux portant déjà, à l’échelle du territoire, des projets et initiatives s’inscrivant dans une optique de résilience – parfois même sans en porter le nom ou sans en avoir conscience. Ainsi, l’expérience du jeu doit renforcer les liens de coopérations développés sur le territoire, et, potentiellement, réunir ces acteurs autour d’une même partie. En d’autres termes, si les cibles prioritaires de notre outil sont les collectivités, il s’agit pourtant bien de travailler la résilience dans une dimension systémique, et donc d’inviter les acteurs du territoires à adopter une gouvernance mobilisant tous les autres acteurs du territoire - partenaires privés et publics des collectivités, mais aussi acteurs associatifs, citoyens et porteurs de projet.

3.Détails Impacts environnementaux :

Estimation des Impacts Environnementaux à court et moyen termes : Les impacts environnementaux du jeu seront là-encore indirects, celui-ci mettant à l’honneur des projets vertueux (exemples inspirants) et invitant les collectivités à s’inscrire dans une même dynamique écoresponsable. Cependant, si ce jeu devait adopter un format numérique, des clauses relatives à la sobriété numérique seront bien évidemment ajoutées au cahier des charges qui sera soumis au designer.

Publication de certaines données environnementales en open data : Le jeu pourrait, selon les propositions du designer, renvoyer à terme à une forme de “bibliothèque de la résilience”, plateforme open source sur laquelle les collectivités évoqueront leurs expériences du jeu, et partageront donc des éléments de diagnostic concernant leurs conditions environnementales (spécificités locales, principales vulnérabilités) et les actions engagées sur le territoire.

Lien avec la communauté Open Data : Éventuellement, les joueurs pourraient renseigner leurs identités sur cette même plateforme, dans l’objectif d’être plus facilement identifiables par les membres de la communauté Open Data et donc de fluidifier les échanges entre les collectivités elles-mêmes. Les joueurs deviendraient alors des “ambassadeurs” de la résilience sur leurs territoires.

4.Synthèse du projet de Commun :

Expérience du porteur de Commun dans le domaine :

Le commun est co-porté par trois structures aux profils complémentaires, réunies par leurs convictions communes et leur envie d’agir en matière de résilience territoriale : - La cellule Prospective de Bouygues Construction qui décrypte les tendances, analyse les initiatives nouvelles et détecte les signaux faibles annonciateurs de ruptures, relatifs à la ville de demain. L’engagement de Bouygues Construction est porté par Virginie Alonzi (Directrice Prospective) et Elsa Favreau (cheffe de projets Prospective). - Le département de la stratégie digitale de la Banque des Territoires : la Banque des Territoires (Groupe Caisse des Dépôts) conseille, finance et opère des projets territoriaux concourant au développement de territoires plus inclusifs, plus durables, plus attractifs et plus connectés. L’engagement de la Banque des Territoires est porté par Jeanne Carrez-Debock (responsable du programme Smart City) et Chloé Friedlander (chargée de mission smart city et innovation territoriale). - Chronos, cabinet d’études et de prospective spécialiste de l’innovation territoriale qui accompagne les acteurs publics et privés des territoires dans l’élaboration de leurs stratégies et de leurs projets au service d’un développement plus durable et inclusif. L’engagement de Chronos est porté par Philippe Archias (Directeur Innovation), Anne Rumin et Anastasia Tymen (cheffe de projet innovation urbaine). Chacune des trois organisations développe son expertise en matière de résilience depuis plusieurs années, au contact des collectivités territoriales. De plus, elles mènent conjointement depuis près d’un an une démarche nouvelle visant à identifier les leviers pour aider les territoires à mettre en œuvre des démarches de résilience territoriale. Cette démarche s’est déjà concrétisée par une enquête « Villes et Territoires Résilients » diffusée auprès de collectivités françaises et étrangères en septembre 2020 et l’organisation d’un atelier collaboratif « Mettre en place une démarche de résilience territoriale", en octobre 2020, avec les interventions de France Ville Durable, du Cerema, de l'Ademe, de l'Institut Paris région, de l'Agence d'urbanisme de la région grenobloise et du Haut Comité Français pour la Résilience Nationale. Par ailleurs, les trois organisations ont, dans le cadre de cette démarche, entamé des échanges avec The Shift Project, qui initie une réflexion sur les stratégies de résilience territoriale (contact : Laurent Delcayrou) et le département de la Gironde, remarqué pour sa stratégie de résilience territoriale et les outils développés pour mener à bien celle-ci (serious game, kit de résilience territoriale, formations MOOC - contact : Julie Chabaud). Le projet de commun s’inscrit dans la continuité de cette démarche.

Informations liées au Commun et au problème identifié :

Le commun proposé prendra la forme d’un jeu sérieux à l’usage des élus et agents des collectivités territoriales désireux d’explorer la notion de résilience. Le dispositif poursuivra plusieurs objectifs : sensibiliser les joueurs aux grands principes et mécanismes de la résilience (logiques systémiques, effets cascades…), faire connaître les ressources existantes mobilisables (outils, méthodes, offre d’accompagnement) et inciter au passage à l’action « dans le réel » en identifiant des premières étapes d’engagement facilement activables. Le commun et son format ludique répondent à un problème de « rencontre » entre une demande forte des territoires de s’outiller pour faire atterrir le concept de résilience de manière concrète (politiques publiques, projets, accompagnement du changement…) et une offre de ressources très vastes mais dont l’accessibilité pourrait être renforcée. La demande de financement porte sur une mission de design visant à concevoir et tester un format et une mécanique de jeu contribuant aux objectifs décrits ci-dessus.

Description des actions, livrables et planning associé :

- Amorçage (Mai 2021) >Consolidation des contenus avec les contributions des collaborateurs identifiés (cf. Autodiagnostic) et déclinaison de ces contenus à une échelle projet urbain > Formalisation du « cahier des charges » pour la prestation de design ludique par les porteurs de projet >Diffusion du cahier des charges et processus de sélection de l’équipe -Cadrage de la mission avec l’équipe désignée (Juin 2021) >Prise de connaissance de l’ensemble des ressources disponibles (benchmark, résultats de l’enquête et de l’atelier, base documentaire et ressources fournies par les différents contributeurs) - Elaboration de scénarii de jeu par l’équipe désignée (Juillet 2021) - Itérations et choix d’un scénario en lien avec la communauté des contributeurs (Juillet 2021) - Prototypage d’une version intermédiaire du jeu sur la base du scénario retenu (Septembre 2021) - Ateliers de test utilisateurs avec des collectivités volontaires et la communauté des contributeurs (Octobre – Novembre 2021) - Ajustements, approfondissements et réalisation d’une version finalisée du jeu (Décembre 2021)

Taille de la communauté de contributeurs et d'utilisateurs impliquée : Contributeurs : le jeu sérieux à vocation à valoriser les outils, méthodes et ressources développées par différentes organisations. Ainsi, les contributeurs interviendront pour identifier et partager ces ressources et seront également associés à la conception et aux tests du jeu. Le commun bénéficie déjà du soutien d’un premier cercle de partenaires qui seront les premiers contributeurs (ADEME, France Ville Durable, CEREMA). L’atelier organisé en octobre 2020 a permis d’identifier un second cercle de partenaires (Institut Paris Région, AURG, Haut Comité Français pour la Résilience Nationale…). Le cercle des contributeurs a vocation à s’élargir pour intégrer d’autres acteurs institutionnels et associatifs.

Utilisateurs : les utilisateurs finaux du commun sont les agents et élus des collectivités territoriales. Le jeu sera appropriable quelle que soit l’échelle considérée (commune, intercommunalité, département, région). Le nombre total d’utilisateurs n’est pas quantifiable précisément. Toutefois, les trois porteurs du commun et les partenaires du premier cercle disposent d’un large réseau de collectivités partenaires et d’une importante capacité de communication et de mobilisation. Une vingtaine de collectivités pilotes pourront ainsi être aisément mobilisées pour les phases de test du jeu et le cercle des utilisateurs a vocation à s’élargir rapidement grâce aux relais de l’ensemble des contributeurs.

Estimation du Rapport Coût / Impact du Commun dans le domaine de la résilience :

Coût : les trois organisations porteuses du commun ont déjà engagé des ressources financière et humaines importantes de manière à bâtir un socle de connaissances solide qui constitue la base du projet de commun. Ainsi, le coût restant pour faire émerger le commun se limite aux dépenses liées à sa conception finale, évaluées à 50 000 € HT (voir détails du financement, section 2).

Impacts : les impacts du jeu sérieux ne sont pas quantifiables par des indicateurs chiffrés. Ses impacts qualitatifs attendus sont de deux ordres :

Impact sur le développement des territoires : le jeu vise à orienter les collectivités vers un premier niveau d’engagement en direction de la résilience territoriale. Le passage à l’action pourra prendre des formes variées (mise en place d’un groupe de travail interne, prise de contact avec un acteur institutionnel capable de l’assister dans sa démarche, ouverture d’un dialogue avec des partenaires territoriaux, partage de bonne pratiques avec d’autres collectivités, mise à l’agenda local de la thématique…). In fine, l’objectif est de faciliter la mise en place de démarches locales de résilience dont la valeur se mesure en termes d’augmentation de la qualité de vie des habitants, de renforcement de l’autonomie du territoire, et, potentiellement, de coûts évités.

Renforcement de l’impact des actions entreprises par les partenaires : le jeu aura également un impact positif sur l’audience et l’appropriation des ressources développées par les partenaires institutionnels et associatifs et mises en visibilité dans le cadre du jeu.

5.Autodiagnostic :

Le problème est-il défini ? seul ou par plusieurs personnes ?

Le problème a été défini collectivement (Bouygues Construction, Banque des Territoires, Chronos, avec le soutien de France Ville Durable), en s’appuyant sur un questionnaire diffusé auprès de collectivités territoriales et sur un premier atelier de travail.

Y a-t-il d’autres contributeurs prêts à travailler sur ce Commun ?

Les coporteurs du Commun comptent sur le soutien de France Ville Durable, ainsi que sur plusieurs complices (dont certains étaient présents lors du premier atelier de travail) - CEREMA, le département de la Gironde, La Base (labo de la Mission Agenda 21 du département girondin), The Shift Project, Frédéric Haas (porteur du commun Diagnostic 360).

Préciser la compréhension du contexte, la définition considérée de la résilience et l'impact du Commun sur le défi considéré

Nous comprenons la résilience comme la capacité d’un territoire (dans toutes ses composantes : infrastructures, populations, réseaux) à anticiper, à s’adapter et à se transformer face aux changements (chocs et stress chroniques), notamment liés au dérèglement climatique. Cette notion de résilience est, plus que jamais, mobilisée avec récurrence par des acteurs variés. Cet essor de la notion paraît peu surprenant, au regard du contexte qui est le nôtre - multiplication des risques systémiques liés au dérèglement climatique, à l’épuisement des ressources et à la destruction du vivant ; crise sanitaire ; crise de confiance dans le politique engageant de possibles tensions sociales ; etc. Si la résilience est donc un sujet émergent et nécessaire, il convient alors d’outiller les collectivités et leurs partenaires pour leur permettre d’effectivement renouveler les politiques publiques à travers l’adoption d’une démarche de résilience. C’est dans cette optique que nous proposons un “jeu sérieux”, répondant au défi “Connaissances -Ressources”, se donnant pour objectif de sensibiliser et de mobiliser les acteurs du territoire, tout en contribuant à articuler et démocratiser les offres et outils déjà existants. A terme, ce jeu se donne donc pour objectif de participer à l’affirmation d’une culture de la résilience.

Est-ce que les contributeurs sont structurés via une association, entreprise pour recevoir des financements ?

Chacune des structures (Bouygues Construction, Banque des Territoires, Chronos) est habilitée à recevoir des financements. Une structure commune n’a pas été créée et ne semble pas nécessairement devoir l’être.

Est ce que les besoins sont exprimables pour développer le commun ?

Oui. cf “Synthèse du projet de Communs”.

Le projet de commun s’attachera à développer un ancrage territorial (en France ou dans le monde francophone), en lien si possible avec une collectivité.

Oui. cf “Détails Résilience et Territoires”

Le projet de commun sera collaboratif, avec des consortiums non seulement interdisciplinaires, mais ouverts aux acteurs et aux parties prenantes des sphères économiques, associatives ou publiques, lorsque cela sera pertinent

Oui. cf “Détails Résilience et Territoires”

Quels sont les besoins à ce jour pour passer à l'étape suivante  :

conseils sur le sujet des communs, accès à des données, accès à des cas d’usages, besoin d’expérimenter en situation “réelle” (usager, infrastructures), des contributeurs et d’autres parties prenantes, accès à des financement


Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Serious game résilience: aucun pour le moment