Monnaie libre

De Resilience Territoire


Développer une monnaie libre, cocréée par ses membres, qui ne soit ni une monnaie locale, ni adossée à une monnaie dette, et qui soit totalement décentralisée, donc libérée de l’emprise des banques

Echanger, Poser des questions

Description : Afin de faire face aux crises systémiques, à l’hyperinflation, à la perte de confiance et à l’accaparement de l’outil monétaire par un tout petit nombre au détriment de tous, et parce que nous avons pris conscience que la monnaie conditionne nos vies, nous pensons qu’il est important de reprendre notre souveraineté sur la création monétaire, par un système plus juste et plus équitable.

La monnaie libre est une monnaie alternative, en service depuis 2017, cocréée chaque jour par ses membres, de façon égale et sans conditions, hormis celle d’être un être humain vivant.

C’est une cryptomonnaie selon l’Article L54-10-1 du code monétaire et financier. Elle est donc totalement légale. Mais contrairement à toutes les autres cryptomonnaies actuellement en place, elle est très peu énergivore. Elle est gratuite et sécurisée par une blockchain décentralisée, mais ne nécessite aucun minage concurrentiel pour être créée.

Pour que cette monnaie se pérennise et se développe pleinement, il faut que :

Cette page de commun sert à décrire la monnaie libre, qui ne nécessite pas de financement en soi, afin de mieux comprendre les 3 communs ci-dessus faisant l'objet, eux, d'une demande de financement.

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource : AAPP - Association Au Plus Près, ACVL - Association Citoyenne Vivarais Lignon, Axiom-Team, CWL - Conception mécanique, La Ferme Allant Vers ..., La Marline Marchande, Optéos, PTPO - Association Pas d'Triche Patte d'Oie, Plan Cult, Poney-club le chevalier d'agrévois, SPHERES, Éconolibre

Contributeurs : Cyril, Echo, Yann

Défi auquel répond la ressource : 4- Comptabilité et Monnaie de la résilience

Autre commun proche : Théorie Relative de la Monnaie (TRM), Duniter, Ğecko, Coupons d’échanges V.I.E. (matérialisation de la monnaie libre), Fiscalité et comptabilité de la monnaie libre

Richesse recherchée : Mentorat, Financement, Conseil Expertise, Contributeur - Communauté

Compétences recherchée :

Communauté d'intérêt : Communauté ğ1

Type de licence ? ODC Open Database License (ODbL)

Niveau de développement : Disponible et validé

Cloud / Fichiers :

Logo-G1-origin-dig-00-cc-by-sa-square-300x300.png

Tags : Monnaie libre, économie, économie sociale et solidaire, monnaie, création monétaire, droit, fiscalité

Catégories : Logiciel, Données, Connaissance, Matériel, Licence

Thème : Général, Général/Enjeux, Vulnérabilités/Sociale, Vulnérabilités/Economique, Facteurs de résilience/Economie, Gestion de crise/Préservation des services essentiels, Regénération/Reconstruction, Regénération/Fiabilisation, Regénération/Innovation

Candidat Appel à Communs :

Référent ADEME : Gabriel.plassat, Jaimeyann

Référent du commun : Cyril


Les 5 parties ci dessous sont à remplir obligatoirement pour analyser le commun et vous conseiller

Candidat Appel à Communs :

Montant Aide souhaitée (en Euro) à l'Appel à Communs Résilience : 0

1.Détails du Financement :

Cette page de commun sert à décrire la monnaie libre qui ne nécessite pas de financement en soi, mais qui est liée aux trois communs ci-dessous qui eux nécessitent un financement pour être développés :

2.Détails Résilience et Territoire :

Ne dépendant plus d'une structure externe pour la création monétaire, il est beaucoup plus aisé de maintenir actif un tissu économique.

Tous les jours, des échanges sont effectués entre les membres, notamment via la plateforme d'annonces en monnaie libre https://www.gchange.fr/ . Tout cela peut se faire sans l'intervention des banques. Quoi qu'il se passe sur le cours de l'euro, il n'y aura aucun impact sur la monnaie libre, ce qui rend le réseau d'échanges économiques plus résilient.

En outre, la faible consommation énergétique du système autorise l'usage de ressources locales nécessitant des infrastructures beaucoup plus raisonnables que n'importe qu'elle autre cryptomonnaie.

Par ailleurs, un exemple concret, réel et significatif est l'expérimentation sur une même zone rurale de l'utilisation, en parallèle à l'euro, de la monnaie libre sur un marché de pays, rassemblant plusieurs producteurs locaux et artisans. Et dans le même réseau de personnes (zone de 20km², exposants et clients du marché), un projet de tiers-lieu en devenir est également actif ainsi qu'une ludothèque rurale et plusieurs autres associations. Tout cela laissant envisager des échanges hors euros entre les services du tiers-lieu (location d'espaces, de salles, d'outils divers, de ressources diverses), les produits du marché (boulangerie, maraîchage, fromagerie chèvre et brebis, produits de la ruche, épicerie, poterie, travail du cuir, etc.), la ludothèque et d'autres services de particuliers, d'associations et de professionnels.

À ce jour (juin 2021), les échanges en monnaie libre sur ce territoire de Haute-Loire restent relativement anecdotiques : petite expérimentation de la part de quelques professionnels, proposition de ventes en monnaie libre des invendus ou périssables, décision confirmée de location de jeux en monnaie libre, quelques échanges du type brocante/le bon coin. Mais l'envie est là. Pas moins de 120 personnes se sont déjà manifestées sur ce tout petit territoire rural comme étant intéressées à expérimenter la monnaie libre. Nous conseillons nous-mêmes aux professionnels de ne pas se lancer trop fort, trop vite. Un des objectifs nécessaires au bon déploiement de ce genre de projet est de pouvoir créer des boucles d'échanges complètes. C'est à dire qu'il ne doit pas y avoir "d’entonnoir" à monnaie libre : si un professionnel vend ses biens et/ou services en monnaie libre, il doit pouvoir la dépenser, sans quoi il arrêtera, et par la même occasion, diminuera les possibilités des autres professionnels de dépenser aussi leur monnaie libre. Il faut donc du temps : celui de l'appropriation du concept même de monnaie libre, celui de l'application à une activité professionnelle et de l'adaptation de la comptabilité, celui du fonctionnement de la monnaie libre, celui de la découverte des façons de dépenser la monnaie libre gagnée, etc. Mais une fois que tout cela sera bien en place, ce sera tout un ensemble de réseaux d'échanges locaux, résilients et durables qui sera implanté, partout où la monnaie libre aura été déployée. Hormis ce temps nécessaire au développement concret de la monnaie libre, il reste deux gros freins au lancement concret de plusieurs professionnels :

Une fois cette mise en application concrète de boucles d'échanges complètes alliant produits alimentaires de premières nécessité, artisanat divers, services associatifs sur ce même territoire rural... Il est prévu de faire un retour d'expérience. Effectivement, plusieurs associations citées et actives dans cette expérimentation concrète se sentent elles-mêmes proches et/ou producteurs de communs. Cela se traduit par des prises de décisions collégiales et horizontales, une transparence de fonctionnement, une ouverture à tous, et toute une éthique et une philosophie en adéquation avec le monde du libre et des communs. Dans ce contexte, une diffusion de la documentation des différentes ressources crées par ces associations fait partie de leur mode de fonctionnement, y compris le déploiement et l'utilisation de la monnaie libre. Grâce à cela, d'autres groupes locaux, marchés de producteurs, tiers-lieux, auront une base de documentation supplémentaire au développement d'une nouvelle initiative locale. Les futurs chartes et règlements d'utilisation seront diffusées sous licence libre. Les échanges par visioconférence (déjà fréquents actuellement) intégreront également ce retour d'expérience pour diffuser au maximum les conseils pour de futurs lancements.

3.Détails Impacts environnementaux :

La plupart des cryptomonnaies telles que le bitcoin fonctionnent en preuve de travail. C'est à dire que c'est la puissance de calcul d'un ordinateur qui permet de créer ces monnaies. Plus une machine produit des calculs informatiques (et donc, plus elle consomme d'énergie électrique pour fonctionner, pour être refroidie, etc.), plus elle produira de la monnaie.

Dans notre cas, nul besoin de ces fermes de minage comme pour une cryptomonnaie conventionnelle, certains nœuds tournent sur des machines consommant 5W (comme le Raspberry Pi) et ce, quelle que soit la masse monétaire existante à ce moment-là. Augmenter la puissance de calcul ne permet pas d'accroître son autorité ni sa rémunération dans la monnaie, deux éléments venant limiter l'impact de fermes de serveurs et/ou de supercalculateurs : un handicap et un facteur d'exclusion.

Les informations sur le nombre de cocréateurs et la masse monétaire sont disponibles en temps réel. Il y a aussi de la transparence du côté des transactions effectuées, celles-ci étant visibles et vérifiables par tous.

Sources : https://duniter.org/fr/duniter-est-il-energivore/

4.Synthèse du projet de Commun :

Coût extrêmement mesuré sachant que plusieurs millions de personnes peuvent prétendre à la création monétaire, que les réseaux locaux ne dépendront plus de crédits leur permettant de fonctionner, que les personnes membres sont assurées d'avoir au quotidien les moyens de subvenir à tout ou partie de leur besoins, sans oublier le fait que le système est reproductible et adaptable.

Commun et Intérêt Général

améliore la coordination entre acteurs hétérogènes (public, privé, formel, informel, petit, grand…)

Dans les différents usages possibles de la monnaie libre, il est envisageable de voir se développer des cagnottes à destination de projets citoyens à usage collectif, participant ainsi aux objectifs du secteur public. De plus, les utilisateurs de la monnaie libre se regroupent en groupe locaux, pour développer des actions sur leur territoire. Ainsi, des structures formelles (association, entreprise, collectivité...) se regroupent au sein de collectifs informels pour ensemble faire vivre leur territoire.

D'autre part, contrairement à un compte bancaire classique, il est possible pour un collectif informel d'ouvrir un compte en monnaie libre.

Et enfin, quelque soit la taille d'un acteur, il peut utiliser la monnaie libre.

parvient à produire des effets là où le marché seul n’y parvient pas

La monnaie libre a bien évidemment un intérêt dans le secteur marchand, mais elle sera certainement beaucoup plus présente que l'euro dans le secteur non marchand tel que la culture, le bénévolat associatif, les communs, les activités amateurs.

La valeur de la monnaie libre n'étant pas fixée sur l'euro ni décidée par un groupe d'individus, mais bien choisie par chaque utilisateur, les échanges marchands tendent à être plus justes pour tout un chacun. Cela fait partie de la philosophie de la monnaie libre, de remettre de l'humain dans les échanges et de ne pas juste sortir un billet pour un prix fixe donné selon un coût de revient. Ainsi selon les discussions/débats entre offreur et demandeur, le prix peut varier en positif comme en négatif pour valoriser l'offre ou comprendre les contraintes de la demande. On peut donc espérer une plus grande masse d'échanges mais surtout une humanisation des échanges avec une plus grande satisfaction de part et d'autre.


participe à la réalisation d’un objectif d’intérêt général et génère un bénéfice global pour la société

De par son dividende universel, la création monétaire de la monnaie libre constitue en quelque sorte un revenu de base de manière universelle. Chaque être humain en vie a le droit de créer de la monnaie libre (et par la même occasion d'en obtenir par ce biais).

Par ailleurs elle redistribue constamment la monnaie entre ses membres (pour illustrer ce propos, visionner cette vidéo à partir de 1'44"). Il est donc plus intéressant de soutenir, de prêter, d'investir ou de consommer que d'épargner. Ceci favorise la circulation de la monnaie et donc les échanges et sources de revenus pour tous.

lève des barrières à l’entrée pour de nouveaux acteurs

La monnaie libre est fondante. À son lancement il y a 4 ans, le dividende universel créé par chaque membre du réseau tous les jours était de 10 junes. Aujourd'hui il est à 10,32 junes. Dans plusieurs dizaines d'années, en fonction de l'évolution, entre autre, de la communauté, il pourrait grimper à 40 ou même 50 junes par jour. Cela signifie qu'un stock de junes créé il y a 4 ans aura 5 fois moins de valeur dans plusieurs dizaines d'années. Ainsi, un nouvel acteur entrant dans la monnaie libre dans plusieurs dizaines d'années ne sera pas ou que peu défavorisé par rapport aux plus anciens.

ne génère pas des effets d’enfermement propriétaire ou lock-in 1

L'ensemble de l'écosystème étant sous licences libres et open source, il n'y a techniquement pas d'effet d'enfermement propriétaire. Au delà de ça, la monnaie libre est, comme son nom l'indique dans la mouvance de la culture libre avec une réelle intention d'être conçue par et pour l'usager.


participe à la création de standard ouvert pour tous les acteurs d’un domaine

La monnaie libre peut être une base commune à toute une communauté, toute une localité, tout un secteur d'activité.

5.Autodiagnostic :



Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Monnaie libre: aucun pour le moment


Suivi des actions

Search actions Add an action See this page for more information
Open
+ A faire0
+ En cours0
+ Fait0