Utilisateur:Alainhays

De Resilience Territoire
No-image-yet.jpg
L’observatoire des impacts territoriaux de la crise
Un collectif expert des territoires et de la data Cet observatoire est né de la collaboration de nos deux spécialistes de l'analyse du développement des territoires. Olivier Portier, consultant et spécialiste de l’analyse économique territoriale. Il a réalisé de nombreuses missions pour des collectivités territoriales, des services de l’Etat et des associations nationales. Ses travaux portent notamment sur les différents moteurs, sociaux, économiques et environnementaux, de développement des territoires. Vincent Pacini, professeur associé au Cnam en prospective territoriale, entrepreneur et consultant. Il s'est spécialisé au fil de ses recherches et de ses missions dans les processus qui produisent à la fois de la connaissance et du changement, ainsi que dans le lien entre entreprise et territoire. Il est par ailleurs à l'origine de l'application map in action. Nous avons ensuite réuni autour d'eux une équipe aux compétences diverses (différentes disciplines, expériences professionnelles variées) portée par l’idée de comprendre et de transmettre pour agir… Nous ne sommes aujourd’hui qu’un petit nombre de contributeurs mais nous espérons être rejoints par beaucoup d’autres. Depuis une vingtaine d’années, ensemble ou séparément, nous avons observé et accompagné plus de 200 territoires, en combinant une multitude de grilles d’analyse. Nous avons également développé de nombreux outils d’analyse et d’observation territoriales qui simplifient la collecte de données, leur traitement, leur partage et leur représentation que nous souhaitons mettre au service de la réflexion collective. Un observatoire collaboratif Notre démarche se veut progressive. Nous démarrons modestement mais nous nous inscrivons dans une logique d’amélioration permanente. L’observatoire sera alimenté régulièrement de nouveaux contenus et ses fonctionnalités seront sans cesse améliorées. Nous allons travailler à faire remonter de l’information des territoires eux-mêmes, organiser des temps d’échanges sous la forme de webinars avec des experts mais aussi des territoires et articulerons nos travaux avec ceux engagés par ailleurs. Nous sommes convaincus que ça n’est que collectivement que nous parviendrons à comprendre la crise que nous traversons et que nous arriverons à définir les meilleurs modes opératoires pour agir. Pour nous aider à atteindre notre objectif, nous bénéficions de l’appui de plusieurs partenaires, que nous remercions pour leur soutien et la confiance qu'ils nous accordent : L’Assemblée des Communautés de France (AdCF) L’Association des Directeurs Généraux de Communautés (ADGCF) L'Institut pour la Recherche de la Caisse des Dépôts et Consignations Le Conservatoire national des arts et métiers
avatar

Alain Hays

Barcamp resilience.jpg
Barcamp
Un barcamp est une rencontre, une non-conférence ouverte qui prend la forme d'ateliers-événements participatifs où le contenu est fourni par les participants qui doivent tous, à un titre ou à un autre, apporter quelque chose au barcamp. Grégory MAUBON, 17 novembre 2008 : " Samedi a eu lieu le deuxième barcamp de Dijon et, comme le premier, les échanges ont été passionnants ! Sans vouloir en faire un résumé exhaustif, je vous livre ici quelques réflexions sur ce que j’y ai entendu et sur la façon dont je l’interprète. La première chose marquante pour moi est le statut particulier de la période actuelle à l’égard de toutes les technologies de l’information. Nous vivons une période de transition où toutes ces technologies et les usages qui en découlent bouleversent nos anciennes habitudes. C’est très excitant parce que cela ouvre des possibilités infinies d’améliorations de nos conditions de vie. Mais c’est également une période propre aux dérapages et aux abus en tout genre. Face à l’émergence de ce nouvel environnement (peut être la vie 2.0?) il y a, de façon assez caricaturale, deux pensées qui se heurtent. La première veut adapter ce qui arrive à « l’ancien système ». Il y a beaucoup d’exemples actuels comme les discussions autour du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle, la volonté de contrôler son image même si on la lance en pâture au public, le droit à l’oubli à l’heure des réseaux sociaux interconnectés, etc. Sans entrer dans les détails vous comprendrez que cette approche mise surtout sur la sécurité et le contrôle. Elle porte une vision très structurante de l’endroit où l’on va mais elle reste peu encline à l’adaptation. Bref, elle apporte aussi pas mal de frustrations. La seconde voie mise sur un profond changement de valeurs qui va de toute façon arriver, au plus tard dans les 20 ans. Ce changement est boosté par les technologies de la communication et par le fait qu’à partir d’aujourd’hui on ne peut pas leur échapper. En résumé « L’heure n’étant plus au choix, avançons ! ». C’est la voie « dangereuse » de la remise en cause, qui ne garantie pas une situation meilleure que maintenant, mais seulement différente. Est-il possible de trouver une frontière simple entre les tenants d’une alternative ou d’une autre ? Pas vraiment en fait. Ce n’est pas une question de génération, de sexe, de classe sociale, de pays … La transformation touche tout le monde et on peut même dire que le fossé se creuse actuellement entre ceux qui en sont conscients et les autres. J’ai souligné ci-dessus les questions des individus mais les structures (entreprises, corporations, gouvernement, etc.) sont aussi dans la tourmente. Les hiérarchies, les responsabilités, les mécanismes de prise de décision doivent évolués mais le chemin n’est pas clair. Le phénomène actuel de crise financière renforce le besoin de s’adapter et on parle de plus en plus d’ « innover ou périr » ! Le concept de « coopération ciblée » entre entreprises pourtant concurrentes est en train d’émerger grâce aux outils informatiques et à la façon de penser de certains personnels. Bref, vous comprendrez que j’ai maintenant beaucoup de questions à l’esprit et c’est la valeur du barcamp de m’avoir permis de les définir. Reste à trouver des embryons de réponses et à agir !"
avatar

Alain Hays