Ressources pour la production en commun de semences paysannes

De Resilience Territoire


Corpus de méthodologies, outils et ressources pour la production en commun de semences paysannes améliorant la résilience alimentaire des territoires

💼 Porté par INRAE, Triticum


Description : Production de méthodologies, outils et ressources ouvertes, visant à faciliter la production et la sélection participative de semences paysannes améliorant la résilience alimentaire des territoires. Ces ressources s’appuieront sur les connaissances et savoirs-faire développés dans le cadre des différents projets de l’association Triticum : conservation et reproduction de semences paysannes, recherche-action sur la résilience des variétés de céréales paysannes, mise en place de filières de production "en commun", sensibilisation du public.

Trois actions seront développées dans le cadre de ce projet :

  • Action 1 : Documentation des expérimentations et actions en cours (notamment les aspects techniques portant sur la résilience alimentaire, mais également les aspects organisationnels et de gouvernance du mode de production et de sélection en commun mis en place par l’association)
  • Action 2 : Production de supports synthétiques visant à faciliter l’appropriation, la duplication et la diffusion de ces expérimentations et actions dans d’autres régions
  • Action 3 : Développement d’indicateurs permettant d'évaluer la contribution de la production/sélection de semences paysannes à la résilience alimentaire territoriale.

Ce projet de Commun bénéficiera de la contribution d'une large communauté de citoyens, paysans, meuniers, boulangers, acteurs des collectivités territoriales, et de l’appui scientifique de Isabelle Goldringer, directrice de recherches INRAE en génétique quantitative et évolution. Il s'inscrit pleinement dans la réponse au Défi "Agriculture et Alimentation" et pourra également contribuer au Défi "Connaissances et Ressources".

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource : Bio en Normandie, Reseau Semances Paysannes

Contributeurs : Floreberlingen

Défi auquel répond la ressource : 1- Connaissances - Ressources, B- Alimentation et agriculture

Autre commun proche : Boîte à outils FILECO, Crater Calculateur de résilience alimentaire des territoires

Richesse recherchée : Cas d'usages, Financement, Conseil Expertise, Moyen de prototypage - production - essais et calcul, Expérimentation, Contributeur - Communauté

Compétences recherchée : Général, Vulnérabilités, Facteurs de résilience, Anticipation, Gestion de crise, Regénération

Communauté d'intérêt :

Type de licence ? Creative Commons

Niveau de développement : Présérie

Cloud / Fichiers :

Cereales Paysannes Triticum.jpeg

Tags : Semences paysannes, agroecologie, Communs

Catégories : Données, Connaissance

Thème : Vulnérabilités/Ecosystémique, Vulnérabilités/Socio-biologique, Vulnérabilités/Economique, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Economie, Facteurs de résilience/Agriculture, Anticipation/Veille, Anticipation/Prospective, Gestion de crise/Enjeux, Gestion de crise/Préservation des services essentiels, Regénération/Reconstruction, Regénération/Fiabilisation, Regénération/Innovation

Candidat Appel à Communs : candidat 18 Juin

Référent ADEME : Jaimeyann, Héloïse Calvier

Référent du commun : Floreberlingen


Les 5 parties ci dessous sont à remplir obligatoirement pour analyser le commun et vous conseiller

Candidat Appel à Communs : candidat 18 Juin

Montant Aide souhaitée (en Euro) à l'Appel à Communs Résilience : 42000

1.Détails du Financement :

* Plan de financement Budget total du projet, pour une durée de 12 mois : 60 020 euros Montant sollicité auprès de l’Ademe : 42 000 euros Cofinancements : 6 000 euros (DRAAF) et 12 000 euros (autofinancement). (Un budget prévisionnel détaillé a été établi, il peut être communiqué sous format tableur).

Postes de dépenses : - Achats d'études (prestations de service) : 10 000 euros - Production de supports de diffusion et de sensibilisation (prestations de service) : 10 000 euros - Frais de déplacement : 1 500 euros - Charges de personnel : 32 100 euros - Frais de fonctionnement : 6 420 euros

* Justification de l'éligibilité Le projet déposé remplit les critères d’éligibilité défini dans le règlement de l’AAC : il consiste en un production/enrichissement de commun, il concourt à la résilience des territoires (voir ci-dessous), il est ancré sur un territoire (la Normandie) et son objet est de répondre à deux des défis identifiés par l’AAC : en premier lieu le défi B. “Alimentation et Agriculture” mais également le Défi 1. “Connaissances, ressources”.

* Financement post Appel à communs. Le projet est fondé sur une expérimentation qui pourra éventuellement être renouvelée ou approfondie au-delà de son terme initial. Il n’a pas nécessairement vocation à devenir pérenne, mais si l’expérimentation était renouvelée ou approfondie au-delà de son terme et de ses objectifs initiaux, le travail de production de commun associé pourrait être en grande partie pris en charge par la communauté des bénéficiaires. Pour faciliter cette transmission, le présent projet prévoit la production de méthodologies, outils et supports adaptés.

2.Détails Résilience et Territoire :

* Impact sur la résilience La résilience alimentaire désigne la capacité d’un territoire à garantir la sécurité alimentaire des habitants, dans un contexte de perturbations multiples et imprévisibles (définition proposée par l'association les Greniers d'abondance). Notre projet vise à enrichir un commun de connaissances et d’outils permettant de développer les cultures de variétés paysannes et notamment la reproduction des semences.

Les cultures de variétés paysannes, reproduites en champ, font l'objet d'un travail de sélection variétale à la fois décentralisé et participatif. Elles ont ainsi la capacité de s’adapter aux terroirs et à leurs évolutions, ainsi qu'aux modes de transformation et débouchés locaux. Du point de vue de la résilience alimentaire, elles sont à la fois des facteurs de compréhension des perturbations en cours et d’adaptation à certaines évolutions (notamment climatiques). Elles contribuent à la résilience des territoires sur le plan technique, mais aussi organisationnel, car elles reposent sur un modèle de production “en commun” associant différent types d’acteurs citoyens, privés et publics et visant à développer une autonomie semencière favorisant notamment les cultures vivrières. Cela implique une appropriation collective des savoirs et savoir-faire, une capacité à s'organiser pour les enrichir et les transmettre. Par ailleurs, la diversité génétique entretenue au travers des semences paysannes permet de maintenir une biodiversité cultivée, qui peut également être considérée comme un facteur de résilience des territoires.

* Lien et ancrage territorial Le projet s’inscrit sur le territoire de la Région Normandie. Il repose sur des expérimentations mises en œuvre sur plusieurs parcelles de culture de céréales prêtées par des particuliers, sur une ferme pédagogique située à Rouen, ainsi que dans une trentaine de fermes normandes ayant implanté des micro parcelles à partir de semences transmises par l’association. Des partenariats sont d’ores et déjà noués avec les collectivités locales (Ville de Rouen, Métropole de Rouen), avec la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) et avec le groupement des producteurs bio normands, Bio En Normandie. Un projet est en cours de développement avec la Région Normandie sur le développement de filières locales. Nous envisageons de partager nos observations et remarques en cours et en fin de projet avec des partenaires qui nous connaissent déjà, suite à des points de contact réguliers : - les associations locales comme Terre de Liens (Triticum est lauréate du concours des adhérents de TDL pour recevoir une bourse de soutien), les CIVAMS Normands (projet de convention inter-associations), Sols en Caux, France Nature Environnement Normandie (conférence sur leur invitation en janv 2020), Vers de terre Production (MSV). - les chercheurs travaillant à l'échelle régionale : l'Agence ANBDD, le GIEC local, l'Université de Rouen Normandie (RSDD) - les centres de formation agricole, le lycée d'Yvetot (intervention en BPREA Maraichage en novembre 2020), Lycée de Merval (adhérent de l'association), Lycée de Coutances (BPREA Paysan Boulanger intéressé par nos travaux), l'école d'Ingénieur Unilassalle (conférence sur invitation de l'association des élèves Make It Green en février 2020). Ces nombreux partenaires pourront être associés à la création des livrables et conviés aux temps forts de restitution afin de renforcer l'ancrage territorial du projet.

* Description de la communauté dans le Territoire Triticum rassemble des citoyens, des professionnels (paysans, paysans-boulangers, brasseurs, boulangers, distillateurs) et des acteurs publics, implantés sur l’ensemble du territoire normand. Ces acteurs s’inscrivent aussi dans une communauté plus large, celle des maisons de semences paysannes, présentes dans plusieurs régions françaises et à l'étranger.

* Justification des défis choisis Notre projet de Commun répond en premier lieu au Défi B “Agriculture et Alimentation” car il vise à faciliter l’évolution de notre système alimentaire dans le sens d’une plus grande résilience. Plus précisément, le travail de Triticum sur la production et la sélection de semences paysannes se focalise sur les variétés céréalières, avec l’objectif d’associer tous les acteurs de la chaîne alimentaire : paysans, mais aussi transformateurs (meuniers, boulangers, brasseurs…) et citoyens (en tant que contributeurs à la production-transformation tout autant que consommateurs).

Notre projet porte sur un Commun de la connaissance et des savoirs-faire, et pourrait ainsi contribuer ainsi également à répondre au Défi 1. Connaissances et Ressources. Le cœur du projet consiste à produire de nouvelles connaissances, méthodologies et outils, mais il faudra faire le lien avec les ressources existantes en ce qui concerne les céréales, en favorisant l’interopérabilité des ressources et données grâce à des protocoles communs et ouverts.

3.Détails Impacts environnementaux :

* Estimation des Impacts et Gains Environnementaux à court et moyen termes La culture de variétés paysannes, source d'autonomie des fermes et des territoires, contribue à la réduction des impacts environnementaux de notre production alimentaire : sélection de variétés rustiques adaptées à l'agriculture biologique, (sans intrants azotés ni biocides), adaptées à des modes de culture low-tech et/ou décarbonés, recherche d’une complémentarité dans la rotation des cultures permettant la préservation des sols (agroécologie), diminution des transports liés à l'approvisionnement en semences et réduction des consommations d'énergie et autres ressources liées au process industriel de conception et sélection de semences.

* Publication de certaines données environnementales en open data,

  • Lien avec la communauté Open Data

Dans le cadre du projet, nous veillerons à ce que les données sources des ressources et outils produites soient disponibles en open data, dans un format adapté. Nous pourrons collaborer en ce sens avec d’autres projets de communs répertoriés dans le cadre de cet AAC.

4.Synthèse du projet de Commun :

* Expérience du porteur de Commun dans le domaine En deux ans, Triticum a déjà mis en place un solide travail participatif de recherche et de mise en culture d’une centaine de variétés anciennes de céréales. Des lots de semences ont également été distribués à des agriculteurs adhérents pour permettre une multiplication sur l’ensemble du territoire normand. Des outils de suivi agronomique en ligne ont été créés pour que les adhérents en possession de collections puissent abonder une base de données agronomiques régionale sur les variétés paysannes implantées localement. Un partenariat avec Bio en Normandie permet de recevoir l’expertise technique d’un animateur en agronomie sur l’observation des parcelles de collections de l’association et celles des adhérents. Ce partenariat s’étend au-delà de la région avec l’appui de Isabelle Goldringer, directrice de recherches à l’INRAE, afin de mettre en commun un protocole d’observation agronomique sur les variétés paysannes.

* Informations liées au Commun et au problème identifié L’année qui vient de s’écouler a mis en évidence au moins deux champs de vulnérabilité de notre système alimentaire : sa dépendance à une chaîne productive et logistique globalisée d’une part (illustrée par la crise du covid 19) et sa sensibilité aux aléas météorologiques directement liés aux changements climatiques (épisode de gel du printemps 2021) Le projet de Commun que nous portons s’attaque à ces deux problèmes, en permettant de développer des semences paysannes libres, adaptées aux terroirs locaux (favorisant donc une relocalisation de certaines cultures) et permettant un travail de sélection portant sur l’adaptation aux changements climatiques.

* Description des actions, livrables et planning associé en proposant des points de passage (communauté/commun à tel niveau d'ici 3, 6, 9, 12 mois) Trois actions seront développées dans le cadre de ce projet :

  • Action 1 : Documentation des expérimentations et actions en cours (notamment les aspects techniques portant sur la résilience alimentaire, mais également les aspects organisationnels et de gouvernance du mode de production en commun mis en place par l’association). Cette action "fil rouge" se déroulera tout au long du projet (prévu sur 12 mois avec un démarrage en septembre sous réserve du calendrier du présent AAC).

Livrable proposé : Journal de bord d'une saison de culture orientée vers la production de semences paysannes céréalières, permettant à d'autres porteurs de projets de mieux anticiper notamment (1) le calendrier (2) les actions à entreprendre, (3) les moyens humains et matériels à mettre en oeuvre. Le livrable sera disponible au format numérique en licence creative commons ; des supports non-numériques sont envisagés sous réserve de validation de leur pertinence réelle avec les usagers et d'obtention de cofinancements.

  • Action 2 : Production de supports synthétiques et à visée opérationnelle, pour faciliter l’appropriation, par d'autres communautés territoriales, des connaissances et savoirs-faire documentés dans le cadre de l'action 1. Cette action se déroulera en deuxième partie de projet, c'est à dire au 2e et 3e trimestre 2022, sur la base des premiers résultats de l'action 1.

Livrable proposé : les livrables seront conçus en complémentarité du livrable de l'action 1 (construit d'un point de vue chronologique et opérationnel) : leur entrée sera thématique, les informations techniques seront plus approfondies et les supports permettront, lorsque cela est pertinent, une mise à jour les années suivantes. Pour faciliter cette mise à jour et des contributions extérieures, un format wiki est envisagé. Nous souhaitons également produire un kit de conférence (support de présentation, bibliographie, ressources vidéos) pour favoriser la diffusion auprès du grand public et au sein des structures de l'enseignement supérieur. Pour cela, plusieurs contributeurs de l’association, conférenciers expérimentés sur les sujets de l’histoire des semences paysannes, de l'agroécologie, de la résilience alimentaire et des systèmes agricoles pourront être mobilisés.

  • Action 3 : Développement d’indicateurs d’évaluation de la contribution de la production/sélection de semences paysannes à la résilience alimentaire territoriale. Cette action se déploiera tout au long du projet avec trois étapes de travail : (1) recensement et analyse des outils d'évaluation de la résilience existants (2) proposition de critères spécifiques permettant d'évaluer la contribution des variétés paysannes à la résilience alimentaire (3) travail sur l'articulation avec les outils existants et l'interopérabilité avec d'autres communs.

Livrable proposé : la première étape de cette action donnera lieu à la publication d'une synthèse ouverte aux commentaires. Le document sera diffusé dans différents réseaux liés aux semences paysannes, à l'agroécologie ou à la résilience alimentaire dans le cadre d'un appel à réactions/contributions permettant d'enrichir les propositions développées dans le cadre de la deuxième étape de l'action.

* Taille de la communauté de contributeurs et d'utilisateurs impliquée Triticum rassemble une communauté de 250 adhérents, dont 60 professionnels (paysans, paysans boulangers). Nous nous inscrivons également dans la communauté plus large des Maisons de semences paysannes, et du Réseau Semences Paysannes, qui compte une cinquantaine d'organisations membres.

* Estimation du Rapport Coût / Impact du Commun dans le domaine de la résilience Les méthodologies, connaissances et outils développés ou approfondis dans le cadre de ce Commun peuvent permettre de reproduire dans d’autres régions la démarche engagée par Triticum sur le territoire normand, et donc de démultiplier son impact. L’action 3 du projet porte sur le développement d’indicateurs permettant d’évaluer la contribution des variétés paysannes à la résilience des territoires. Dans ce cadre, le “Calculateur de résilience alimentaire des territoires” (CRATer), commun développé par l’association les Greniers d'abondance, pourra faire partie des outils mobilisés.

5.Autodiagnostic :

* Le problème est-il défini ? seul ou par plusieurs personnes ? Parmi les nombreux travaux portant sur la vulnérabilité de notre système alimentaire, nous nous basons notamment sur le travail réalisé par l’association les Greniers d'abondance. Leur ouvrage “Vers la résilience alimentaire” (septembre 2020) expose “les vulnérabilités du système alimentaire contemporain face à différentes crises systémiques : changement climatique, épuisement des ressources, effondrement de la biodiversité…” et propose “un ensemble cohérent d’actions et de leviers à mettre en œuvre à leur échelle".

* Y a-t-il d’autres contributeurs prêts à travailler sur ce Commun ? Au-delà du territoire normand, nous serons accompagnés par Isabelle Goldringer (INRAE) et nous souhaitons associer d’autres Maisons des semences paysannes et autres membres du Réseau Semences Paysannes. Nous envisageons également de nous rapprocher d’autres projets découverts dans le cadre de cet AAC.

* Préciser la compréhension du contexte, la définition considérée de la résilience et l'impact du Commun sur le défi considéré Ce projet de Commun porte sur les 4 éléments constitutifs de la définition de la résilience proposée dans le cadre de cet AAC, pour un territoire (anticipation, atténuation, adaptation et nouvel équilibre). Il répond à deux défis identifiés dans le cadre de cet AAC : Défi B. Agriculture et Alimentation et Défi 1. Connaissances - Ressources.

* Est-ce que les contributeurs sont structurés via une association, entreprise pour recevoir des financements ? Oui, la structure porteuse du Commun, Triticum, est une association loi 1901 éligible aux financements de cet AAC.

* Est ce que les besoins sont exprimables pour développer le commun ? Oui

* Le projet de commun s’attachera à développer un ancrage territorial (en France ou dans le monde francophone), en lien si possible avec une collectivité Oui - Normandie. cf. éléments de la rubrique “Détails résilience et territoires” .

* Le projet de commun sera collaboratif, avec des consortiums non seulement interdisciplinaires, mais ouverts aux acteurs et aux parties prenantes des sphères économiques, associatives ou publiques, lorsque cela sera pertinent Oui - le projet implique des acteurs citoyens, professionnels, publics, et scientifiques.

* Quels sont les besoins à ce jour pour passer à l'étape suivante  : conseils sur le sujet des communs conseils sur le sujet de la résilience mentorat accès à des données, accès à des cas d’usages, besoin d’expérimenter en situation “réelle” (usager, infrastructures) des contributeurs et d’autres parties prenantes, accès à des financements


Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Ressources pour la production en commun de semences paysannes: aucun pour le moment