Équilibrer la répartition entre contributeurs au commun et salariés-prestataires

De Resilience Territoire

  Catégorie : Contribution, Financier

Enjeu à résoudre autour du commun : '

Green flat directory icon.svg
Description de l'ingrédient :


Dessins de Laurent Libessart - Roumics 2016

Miser sur les contributeurs plutôt qu'un prestataire ou du salariat subordonné ?

Choisir de miser sur les contributeurs aux communs, en général des personnes intéressées par le commun, plutôt que des prestataires, n'est pas un choix évident. Il va dépendre de différents éléments de contexte.

Quand un projet arrive à miser sur la contribution, cela permet de bénéficier de compétences et de temps qui n'aura pas le même coût que si le commun doit miser sur des prestataires ou du salariat pour se développer. Cela peut donc influencer fortement le modèle économique, voir rendre possible des communs qui auraient été impossible dans un cadre non contributif. Par exemple, on peut estimer que Wikipedia aurait coûté des dizaines de milliards si l'on avait salarié avec subordination ou commandité les personnes qui ont produit la connaissance, tout en ne sachant pas si cela aurait fonctionné.

Voici quelques éléments en bas de page pour aider à choisir selon les contextes.

Contextes qui favorisent le faire de miser sur la contribution

Contexte d'utilisation de la contribution : Pourquoi ?
Dans les contextes où la contribution alimente une ressource directement utile aux contributeurs Si je suis potentiellement aussi bénéficiaire de la ressource, je vais plus facilement contribuer à améliorer cette ressource, sans attendre d'être rémunéré par une prestation ou un emploi. Si il y a en plus une possibilité de rétribution, cela peut m'inciter à m'investir dans le commun et même réduire mon temps de travail de salarié ou de prestataire

Ex : Si j'utilise un espace de travail partagé auquel je peux contribuer ,j'accepte plus facilement de ne pas être rémunéré quand je contribue à cet espace car cela améliore directement l'espace que j'utilise, sans augmenter son prix.

Dans les contextes d'abondance Si l'on souhaite permettre la contribution de tous pour bénéficier de l'abondance de contributeurs potentiels. Par exemple, Wikipédia a fait le choix de miser sur la contribution plutôt que d'embaucher des salariés pour écrire les articles. Cela s'explique du fait du nombre d'usagers potentiels de Wikipedia. Ainsi, même si peu d'usagers finissent pas contribuer à Wikipedia, cette infime partie représente un nombre important de personnes prêtes à donner de leur temps pour améliorer l'encyclopédie. Dans les communs qui sont utiles à de nombreuses personnes, ou qui font réseau (les tiers-lieux par exemple sont des lieux réseaux, les logiciels libres comme Wordpress ou Linux sont utiles à beaucoup de monde), il est plus simple de trouver des contributeurs.
Dans des contextes d'incertitude, quand les besoins ne sont pas toujours définis ni les objectifs très précis Dans le cadre d'une production peu planifiable par avance (imprévisibles), où l'on ne sait pas précisément où l'on va, ni les problèmes auxquels nous allons être confrontés, et où il n'y a pas une obligation de résultat précisée, il est intéressant de miser sur la contribution. En effet, la contribution libre permet aux personnes compétences de se positionner là où elles se sentent utiles. Là où un prestataire ou un salarié a souvent une mission définie par avance, où la personne qui a défini la mission doit déjà être conscience du problème pour lancer un recrutement ou une commande. Par exemple, chez Wikipedia, il était impossible de définir avec précision les besoins d'écriture d'articles. On peut parler dans ces contextes de choix à posteriori, et où la contribution est particulièrement utile si elle est en même réalisée dans un environnement d'abondance ( de compétences, de ressources, etc...)
Dans les domaines où l'enjeu est de devenir une référence et permettre la mutualisation En autorisant la contribution du plus grand nombre, et aussi de partager la valeur du commun ( et donc activer la rétribution potentielle de tous les contributeurs), cela permet d'unir les forces autour du commun. En effet, pourquoi créer son propre commun si l'on peut déjà participer et potentiellement se rétribuer dans un commun ?. Cela a pour conséquence de faciliter la mutualisation, le cofinancement, évite les forks par des concurrents, et facilite ainsi l'enjeu de devenir une référence.

Exemple : En rétribuant tous ceux qui participent au projet Liberapay, beaucoup de porteurs de projets peuvent s'identifier au projet et plutôt y contribuer au lieu de créer leur propre intiative.

Dans les contextes où la gouvernance est ouverte Dans le cadre de la contribution, les personnes participent aux décisions du projet. Pas possible dès lors de réserver les décisions à un petit cercle de personnes qui n'évolueraient pas selon l'implication des membres, contrairement au salariat ou à des prestation, où il y a une subordination ou un contrat. C'est d'ailleurs ce qui explique que les conditions de la contribution sont souvent assez simples à respecter dans le monde des communs, qui sont par défaut sur des gouvernance ouvertes.
Dans les contextes où il y a besoin d'une diversité importante de points de vue ou de compétences Comment salarier ou avoir en prestation un grand nombre de compétences différentes ou d'avis quand un projet a peu de ressources financières ? Or certains communs ont besoin d'une diversités de compétences ou de points de vue pour avoir de la valeur. C'est le cas ici aussi de Wikipedia, où certains articles n'ont de la valeur que si ils ont été travaillés par de nombreuses personnes différents qui ont ainsi pu façonner un point de vue complexe. Cela est le cas aussi sur des projets où il y a besoin d'une grande diversités de compétence pour permettre la réalisation d'une oeuvre.

Dessins de Laurent Libessart -- CC-NC-BY-SA - Livret des communs Roumics.png

Contextes qui favorisent le fait de miser sur du salariat ou de la prestation

Contexte d'utilisation de la prestation ou du salariat Pourquoi
Exigence qualité client Dans ce type de cas, il est difficile d'ouvrir à tous la contribution, car il y a le risque que des personnes ne répondent pas à l'exigence du client
Budget qui doit être fléché par avance sur des personnes Quand il y a un budget qui doit être ciblé sur des personnes spécifiques en amont de l'action, que ça soit en salariant des personnes ou en faisant travailler des prestataires (par exemple dans le cadre d'un marché public), il sera difficile de miser sur de la contribution
Besoins connus en avance et clairement définis Quand les besoins sont précis, ou qu'il y a une obligation de résultat, il peut-être plus utile de passer par un prestataire ou un salarié qui peut être missionné et identifié pour ses compétences précisèment.
Quand les compétences sont rares et difficiles à trouver Quand les compétences sont rares et difficiles à trouver par la contribution, il vaut mieux miser sur une prestation ou du salariat, quitte à faire évoluer la démarche quand le commun se développe et bénéficie de nombreux contributeurs (par exemple, sur les questions juridiques ou administratives, il est souvent plus difficile de trouver des contributeurs dans les communs)
Bénéficiaire qui est spécifique Si le commun développé ne sert pas directement les contributeurs (cas d'une prestation autour d'un commun, par exemple installer Linux chez un client). Dans ce type de cas, il sera difficile de mobiliser des contributeurs et il faudra plutôt miser sur des prestataires ou du salariat.
Lien de subordination Quand les porteurs du commun souhaitent garder la main sur le projet et préfèrent dont un lien de subordination ou un contrat.

Dans quel contexte mettre en place une rétribution des contributeurs ?

  • Si peu de contributeur sont prêts à participer bénévolement aux actions ou rôles.
    • Un exercice assez simple peut être réaliser (en présentiel ou sur place), en identifiant comment des personnes sont prêtes à agir selon les rôles ou actions du commun. Si elles se positionnement sur une action ou un rôle bénévolement ou seulement si il y a une rémunération . Si beaucoup de personnes se positionnement bénévolement sur un rôle ou une action, il est sans doute possible de réaliser cette action sans ouvrir de rétribution pour les contributeurs.
  • Quand la question du partage de la valeur est suffisamment claire du côté des référents du commun :

Dessins de Laurent Libessart // CC-NC-BY-SA - Roumics