Utilisateur:Cda-yeu

De Resilience Territoire
No-image-yet.jpg
Comité de Développement de l'Agriculture de l'Ile d'Yeu (CDA)
Le Comité de Développement de l'Agriculture de l'Ile d'Yeu (CDA) est issu d'une dynamique collective impliquant des associations locales, la Mairie et les producteurs de l'île. Ces-derniers faisaient le constat d'une déprise agricole forte depuis les années 1950 (quasi abandon de ce secteur d'activité, avec des zones agricoles au PLU représentant 2% de la superficie de l'île avant 2014). Cet abandon est dû à plusieurs phénomènes : développement du tourisme et renforcement au fil du temps d'une économie saisonnière, de l'urbanisation, d'où une spéculation foncière croissante. Et ces phénomènes ont eux-même causés plusieurs problèmes : enfrichement des parcelles anciennement cultivées ou pâturées, morcellement du foncier suite aux multiples héritages, rétention foncière, surcoût lié aux frais de défrichage, difficulté à mobiliser des terres pour développer un projet agricole, etc. donc dépendance alimentaire de l'île au continent, estimée à plus de 95% en 2018 (d'après une étude du GAB Vendée, environ 95% des besoins alimentaires de la population islaise sont fournis par les importations du continent). Le CDA s'est mis en place en 2014, de manière informelle dans un premier temps, et a initié le projet "Terres fert'île", qui avait (et a toujours, le projet est toujours en cours) vocation à valoriser les terres de l'Ile d'Yeu par des activités agricoles, à redéployer une activité en déprise depuis des décennies, à construire des filières locales, et inscrire ces actions dans le cadre d'un Programme Alimentaire de Territoire (PAT labellisé en 2018). Le travail sur la mobilisation foncière, le défrichage et l'accompagnement des porteurs de projet a porté ses fruits, des exploitants se sont installés et des parcelles ont été remise en culture. Dans cette dynamique, une nouvelle structure s'est constituée à l'Ile d'Yeu en 2018 : la Société Civile Coopérative Immobilière (SCCI) Terres Islaises. Celle-ci regroupe des coopérateurs dont les parts sociales constituent un capital destiné à acheter des terres agricoles, dans le but exclusivement d'installer des porteurs de projet. La SCCI Terres Islaises a rejoint le CDA. Deux projets d'installation sont en cours. En 2020, le CDA lance son second projet : "Au f'île de l'eau", qui a pour objectif de rendre plus autonomes en eau les exploitations agricoles de l'île, par l'identification et la restauration des anciens réseaux hydrographiques en zones agricoles. Ce projet comporte une dimension environnementale forte. En effet, il s'agit d'investir dans des travaux lourds (curage de mares et de fossés, etc.), d'où l'importance de la phase de diagnostic en amont afin de ne pas mettre à mal la biodiversité lors des opérations. L'idée est d'allier les préoccupations environnementales avec les préoccupations socio-économiques du développement agricole et de la production/consommation locale. En 2021, la Mairie renforce son soutien au CDA. Celui-ci se constitue en association en janvier 2021. Dès lors, la gouvernance entre les partenaires du projet se ressert et permet d'impulser une nouvelle dynamique aux deux projets phares du CDA : "Terres fert'île" (volet foncier/installation), et "Au f'île de l'eau" (volet résilience des exploitations agricoles par une gestion de l'eau plus autonome).
avatar

Arthur Bouyer

No-image-yet.jpg
Approche alternative pour une agriculture insulaire résiliente face au changement climatique
Le projet de commun porté par le Comité de Développement de l'Agriculture (CDA) de l'Ile d'Yeu vise à synthétiser la méthodologie employée à Yeu pour mettre en place les conditions d'une agriculture plus résiliente face aux changements climatiques. Les îles sont des territoires particuliers et les moyens à disposition apparaissent limités pour trouver des solutions (limite de la mobilisation de fonds publics pour développer des projets autour de l'eau en agriculture par exemple). En effet, l'agriculture est un secteur d'activité indissociable d'un territoire plus autonome et plus résilient face aux crises. Or, il est difficile aujourd'hui de développer l'agriculture sur les îles (réglementation plus contraignante, spéculation foncière, ressource en eau limitée, surcoût lié au transport, difficulté de cohabitation des usages, difficulté à remobiliser des moyens importants pour restaurer les anciennes infrastructures agricoles abandonnées suite à la déprise agricole depuis les années 1950, etc.). C'est à partir de l'expérience du CDA de l'Ile d'Yeu et notamment par son projet "Au f'île de l'eau", qu'est venue l'idée de partager des outils pour les autres îles, pour qu'elles aussi trouvent des moyens de développer une agriculture inscrite dans son territoire insulaire et résistante face aux aléas.
avatar

Arthur Bouyer