Produire, financer et gérer ses actifs en commun

De Resilience Territoire


Application web de gestion et de valorisation d’actifs financiers

💼 Porté par Federage


Description : Nous proposons un outil économique dédié au financement des communs. L’enjeu est l'autonomisation des communs qui bénéficient d’un financement bancaire ou d’un investissement public. Notre solution de gestion financière s’adresse principalement aux opérateurs publics et aux structures bancaires qui veulent organiser le financement des communs sur des engagements de résilience territoriale.

Avec Fédérage, un établissement bancaire ou une institution publique peut émettre un actif financier sur des objectifs spécifiques de valeurs et s'assurer que la valorisation de l'actif répond à ces objectifs de valeurs. Fédérage sert à mesurer en temps réel la valeur financière des actifs développés par les communs, ainsi qu'à certifier comptablement que les flux financiers répondent aux objectifs de valeurs énoncés.

Le commun que nous produisons en logiciel libre est une banque de données financière. Nous souhaitons développer l’interface utilisateur pour faciliter le dépôt d’actifs, la négociation collaborative de la valeur et l’observation en temps réel des flux financiers. La raison d'être de Fédérage est de réunir toutes les parties prenantes à la valorisation des communs investis dans la résilience territoriale.


Problématique

Les communs sont des réalités nécessaires à tous, organisés sur des objectifs de valeurs spécifiques. Pour que les banques et l’État financent les communs, il faut pouvoir mesurer la valeur économique d'un commun, de même que reconnaitre les contributions par des communautés hétérogènes dans la valorisation du commun. Cette problématique exige une triple réponse :

  1. Offrir un cadre à des communautés opérationnelles pour qu’elles créent les conditions économiques de leur organisation et de leur gouvernabilité
  2. Mesurer ce qui fait valeur dans les communs et s'assurer que leurs objectifs de valeurs soient systématiquement appliqués à la validation des transactions
  3. Développer la coopération économique entre des communautés qui préservent leurs spécificités territoriales et convergent vers des objectifs de résilience


Illustration

L’Agence Française de Développement (AFD) souhaite rendre possible le financement bancaire des communs engagés dans la réduction des émissions de CO2. Le principe de base de Fédérage offre à l'AFD d’émettre un actif financier qui l'engage sur des objectifs précis de valeurs. Ici, elle s'engagera sur la valeur financière de l'actif appelé « préservation des éco-systèmes » qui tient compte de la dépréciation des ressources environnementales.

Via un partenariat public-commun, l'AFD défend un plan comptable dédié à la réduction des émissions de CO2. Avec Fédérage, elle finance l'actif « préservation des éco-systèmes » et devient co-gestionnaire de la valeur produite au sein du commun. Elle peut alors ajuster en temps réel ses investissements pour assurer la valeur financière de l'actif, notamment en étalonnant ses instruments de crédit, et ainsi certifier comptablement que ses engagements répondent aux objectifs de résilience.

Par un financement en euros du commun, l'AFD est partie prenante à son organisation. Les parties prenantes peuvent décider ensemble d'une régénération du commun par une micro-taxe sur les transactions, ou bien une contribution sur le capital du commun. En reconnaissant différentes contributions économiques à la valorisation du commun, l’AFD bénéficiera d'un dispositif de scalabilité vers les projets de petite taille. Elle pourra ainsi facilement proposer des solutions pour passer du projet local à l’échelle du commun.


Proposition de valeur

Nous adressons le défi 4 Comptabilité et Monnaie de la résilience. Notre proposition de valeur est d'augmenter la capacité d’auto-financement des communs, afin qu’ils pérennisent économiquement leurs fonctionnements. C'est par la capitalisation des communs que des objectifs de valeurs précis pourront être mesurés et financés par les acteurs bancaires et les opérateurs publics.

Pour ce défi, ce n'est pas une monnaie à proprement parler que nous offrons, mais un espace ouvert qui sert à monétiser les actifs réels, afin d'organiser des circuits d'échanges entre communautés. Les communautés peuvent décider librement des règles d’émission, de valorisation et de circulation de leurs actifs. De manière inter-opérable, nous assurons qu'une communauté transacte avec une autre communauté qui n'aurait pas les mêmes appréciations de valeurs.

Notre différence majeure par rapport aux cryptomonnaies ou monnaies locales et complémentaires est que notre modèle fonctionne intégralement avec la monnaie euro, ce qui facilite considérablement l'utilisation de tout contributeur. De plus, notre modèle offre une convertibilité entre différents référentiels de valeurs, notamment entre les résultats et les bilans de communs différents (afin de casser les silos entre circuits d'échanges).


Communautés

Nous mettons à disposition les outils financiers et comptables de Fédérage afin de fédérer des communautés autour d'objectifs transversaux de résilience :

  • Gouvernance de communautés : toute communauté dans Fédérage est composée de personnes physiques identifiables dans leurs décisions de gouvernance. Les décisions sont traçables et engagent solidairement sur des objectifs de valeurs définis. Les acteurs peuvent pré-financent les contributions par l’émission de titres de capital.
  • Production en circuit-court : l’intérêt est de pouvoir objectiver et responsabiliser les processus en interne d’une entreprise engagée dans la réduction des intermédiaires. Au grand public, elle peut afficher la certification comptable que les dépenses engagées reflètent bien les valeurs écologiques de l’entreprises.
  • Trajectoire bas carbone : si faciliter la saisie d’informations d’un bilan carbone est un début, nous offrons surtout de matérialiser la valeur des évaluations type bilan carbone. Cette valeur est échangeable sous forme d’actifs contre d’autres actifs, permettant de réaliser une compensation carbone.
  • Régénération des sols : il est possible de verser une prime aux agriculteurs en crédit si on comptabilise et mesure la perte subie par le choix de non-utilisation de produits chimiques. À l’échelle d’une communauté, il devient alors possible d’assurer une juste répartition de la valeur selon les critères de la communauté.

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource :

Contributeurs : Arnaud

Défi auquel répond la ressource : 4- Comptabilité et Monnaie de la résilience

Autre commun proche :

Richesse recherchée : Cas d'usages, Financement, Moyen de prototypage - production - essais et calcul, Contributeur - Communauté

Compétences recherchée :

Communauté d'intérêt : Communauté des territoires, Communauté ğ1, Riposte alimentaire, Transform'

Type de licence ? Creative Commons BY SA 4.0, ODC Open Database License (ODbL)

Niveau de développement : Idée

Cloud / Fichiers : ADEME X FEDERAGE - Feuille de route

Federage logo v3.png

Tags : Monnaie libre, Comptabilité, Coopération, Données ouvertes, Economie régénérative, Flux financiers, Application, Décentralisation

Catégories : Logiciel, Données, Connaissance

Thème : Général, Général/Modèles, Général/Approches, Général/Enjeux, Vulnérabilités, Vulnérabilités/Ecosystémique, Vulnérabilités/Sociale, Vulnérabilités/Economique, Facteurs de résilience, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Economie, Gestion de crise, Gestion de crise/Enjeux, Regénération, Regénération/Innovation

Candidat Appel à Communs : candidat 5 Nov

Référent ADEME : Gabriel.plassat

Référent du commun : Arnaud


Les 5 parties ci dessous sont à remplir obligatoirement pour analyser le commun et vous conseiller

Candidat Appel à Communs : candidat 5 Nov

Montant Aide souhaitée (en Euro) à l'Appel à Communs Résilience : 53550

1.Détails du Financement :

Le coût total du projet est de 82 200€ HT pour une période de 12 mois à compter du 1er trimestre 2022. Le financement sollicité auprès de l’ADEME s’élève à 53 550€ HT, soit moins de 70% de l’investissement total.

Le plan de financement est accessible en page 5 de ce document. Le financement porte principalement sur le passage de l’idée à la preuve de concept numérique, nous permettant d’industrialiser les développements techniques déjà réalisés. Plus de détails du projet figurent aussi en partie 4 de la candidature.

Le budget est élaboré sur la base de jour-homme à 650€ HT à une rythme de 2 à 3 jours par semaine. Le premier lot sur l’algorithme de titrisation et de paiement est estimé à 17 jours de travail. Le second lot sur le développement de l’application web à 59 jours. Le 3ème lot sur l'accompagnement territorial est pour la durée totale du projet.

Répartition des postes de financement à raison de 2 à 3 jours par semaine :

  • 1 prestation développeur back (Mathieu) : 38 × 650 = 25 050€
  • 1 prestation développeur back & front (Clément) : 27 × 650 = 17 500€
  • 1 prestation pour la gestion de projet, interfaces et ergonomie (Arnaud) : 7000€
  • Accompagnement de la communauté territoriale (équipe) : 4000€

2.Détails Résilience et Territoire :

Impact sur la résilience

Afin de renforcer la nécessaire préservation des ressources territoriales et s'adapter aux perturbations climatiques, la résilience consiste en l’effectivité d’un calcul économique et financier, qui distingue la création de la destruction de valeur, tant à l’échelle des intérêts privés qu'en défense de l’intérêt général.

Fédérage permet d’utiliser un même standard comptable entre le privé et le public. Par exemple, un acteur privé qui viendrait utiliser la comptabilité partagée des communs, devra intégrer le prix de la conservation et du développement de ces communs dans ses ventes, qui sera automatiquement reversé au commun sous forme de taxe.

Une comptabilité partagée des actifs détenus et exploités dans un territoire, permet la capitalisation des communs dans un même objectif de résilience. Les actifs déposés dans les communs ne sont plus utilisables sans rétrocession à la communauté, qui est dépositaire de la valeur de conservation et de développement.

La finalité est d’outiller la résilience d’un cadastre des ressources territoriales, afin que des acteurs responsables puissent décrire et financer leurs spécificités territoriales. Non seulement des acteurs peuvent librement organiser leurs communs, mais ils élaborent en même temps les règles d’utilisation du commun en gérant leurs actifs.


Lien et ancrage territorial

Nous travaillons en synergie avec les communautés qui sont en première ligne pour identifier les besoins des territoires. Notre encrage est la passerelle logicielle pour qu'un organisme public ou un acteur bancaire finance les actifs d'un commun. Nous voulons assurer que la valeur produite soit spécifiquement allouée à la régénération des communs.

L’interconnexion des communautés existantes est clé pour atteindre les objectifs de transition écologique, de relance verte, de dynamique des territoires et de relocalisation de la consommation. Nous souhaitons aider les communs à se connecter entre eux et créer des liens entre les ressources qu’ils co-produisent.

Les communautés nouvelles que nous pouvons associer sont :

  • L’entreprise Polère de La Rochelle, spécialiste dans le fabrication de vêtements sur-cyclés, est partie prenante à l’expérimentation du circuit-court, afin de publier une certification commerciale et comptable de ce qu’elle produit et échange.
  • Le commun Soil Capital fournit des illustrations réelles pour estimer le gain potentiel des économies carbone des agriculteurs. Nous pouvons organiser un marché de compensation carbone entre plusieurs communautés engagées dans les crédits carbone.
  • Les Gardiens de la Terre, Terre de liens et L'Atelier paysan sont des communautés désireuses de financer la régénération des sols pour les agriculteurs. Ils peuvent augmenter leurs capacités d’auto-financement et offrir une rémunération en crédit monétaire à tout contributeur (vérificateur, agriculteur, financeur...).


Description de la communauté dans le Territoire

En permettant à des communautés de faire l’inventaire de leurs ressources, nous offrons la possibilité de les transformer en actifs, pour constituer un capital commun. Dans le but de préserver la réserve de valeur des communs, nous visons à constituer 4 capitaux publics-communs :

1. Traçabilité des productions en circuit-court

Les entrepreneurs à impact social et écologique, les acteurs économiques engagés dans un modèle d’entreprise préservant le capital social et écologique de la planète réalisent des chartes RSE, des labellisations ou certifications, qui ne sont pas complètement participative.

Notre outil permet l’implication des citoyens-consommateurs au niveau de l’échange, qui financent à travers le prix d’achat du produit, la validation des spécifications. La traçabilité des circuits courts peut se vérifier un nombre d'intermédiaires minimal entre le consommateur final, information qui sera vérifiée et accessible à tous.

2. Trajectoire bas carbone

Les bilans carbone des entreprises, associations, ONG et acteurs publics peuvent intégrer différentes normes de crédit carbone. Des communautés peuvent se rejoindre sur des critères de valeurs communs afin d'échanger les crédits respectifs issus de normes différentes, que nous rendons ainsi inter-opérables.

Cette fonction économique est la monétisation des critères de valeurs, qui s’échangent sous forme d’actifs exportables. Les objectifs internes à une communauté peuvent s’exporter en empruntant les actifs de l’autre communauté avec qui échange des crédits carbone. Chacune constitue une réserve de valeur pour indemniser en cas de non-respect.

3. Valorisation de la régénération des sols

Des coopératives d'agriculteurs, qui mettent leurs terres en fiducie (fiducies d'utilité sociale agricoles), peuvent rédiger un cahier d’engagement : la définition du processus de production sera transformé en chaînes d’actifs utilisables pour paiement dans la coopérative.

Rémunérer un agriculteur qui n'utilise plus de pesticides et qui limite les produits chimiques est en général coûteux. Pour ses services liés aux terres naturelles, le problème est que les surcoûts ne sont pas intégralement répercutables sur les prix de vente. Il se trouve qu’à l’échelle d’une communauté, on peut assurer une juste répartition de la valeur.

4. Gouvernance des communautés

Pour tout contributeur qui régénère le commun, les outils financiers de titrisation, de capitalisation et de mesure des flux de valeurs doivent produire un récit véridique. Par destination, Federage sert à homogénéiser les pratiques comptables et financières utiles aux communs qui cherchent des solutions pour passer à l’échelle.

Développeurs de la plateforme numérique Fédérage, nous sommes les premiers utilisateurs de l’outil afin de prouver l'efficacité opérationnelle des échanges entre titres financiers. Pour auto-capitaliser la communauté, l’intérêt est l’émission d’un titre de capital en échange d’une production réelle du développement de la plateforme.

3.Détails Impacts environnementaux :

Estimation des Impacts et Gains Environnementaux à court et moyen termes

Via un tableau de bord numérique, nous mettons en place des observables qui sont les prix des actifs échangés. Ces prix négociés entre l'offre et la demande sont en même temps les indicateurs de valeurs des communs. Les prix en euros de ces actifs dessinent une dynamique d’observation pour les transactions liées à la résilience territoriale.

Sur nos exemples, voici ce que les actifs peuvent assurer en termes d'engagements et de responsabilités :

  • Circuit court : distance entre intermédiaires
  • Trajectoire bas carbone : crédit de CO2
  • Régénération des terres : assainissement des sols
  • Développement plateforme : valorisation du GIE

Pour la résilience, notre système distribué utilise une synchronisation opportuniste (mode hors-ligne) et n’exige pas d’être en permanence connecté à Internet. En cas de situation traumatique des infrastructures, les usagers peuvent travailler hors connectivité et se synchroniser uniquement lorsqu'ils en ont le besoin.

Sur l’éco-conception logicielle, notre modèle laisse les données nécessaires dans le navigateur, pour faciliter leur accès depuis tout terminal. L’acteur n’a besoin de télécharger qu’une fois les données pour les consulter. Lors d’une transaction entre deux utilisateurs, les données sont stockées au sein de la communauté à laquelle on appartient.


Publication de certaines données environnementales en open data

Pour faciliter la coordination territoriale et la coopération économique, toutes les données du commun sont ouvertes et réutilisables dans le dépôt en cours de développement. Pour l’application, le code source logiciel sera en licence libre de type Creative Commons BY SA 4.0 accessible depuis notre dépôt GitHub.

Tout actif est une souche libre, évolue continuellement à mesure que de nouveaux actifs sont déposés et qu'ils servent à des transactions. Les jeux de données seront publiés dans un interface dédiée, un visualiseur qui affiche les traitements des données ouvertes. On peut donc visualiser cet actif avec tout ce qui le relie et le fait évoluer.

Nous offrons un gisement de données commun et public, afin de les conserver et rendre disponibles sous licence ODC Open Database License (ODbL). Une taxonomie fait un classement des données : chaque mot est classé dans une base de données puis indexé en actif. Les bases de données pour les dépôts d’actifs générateur de valeurs ajoutée.


Lien avec la communauté Open Data

Le lien avec la communauté Open Data n’est pas encore formellement établi mais il constitue un objectif, le développeur en chef de Fédérage étant impliqué dans des associations militantes du logiciel libre et de protection des libertés numériques.

4.Synthèse du projet de Commun :

Expérience du porteur de Commun dans le domaine

  • Conception de services numériques, réalisation d’interfaces graphiques, ergonomie et expérience utilisateur
  • Savoir-faire dans la gestion publique de projet, design de services collaboratifs, développement d’outils citoyens
  • Maturité conceptuelle du service sur l'ingénierie monétaire, le droit financier et la comptabilité triple-capital
  • Connaissances techniques des protocoles décentralisés, vie privée numérique, souveraineté des données et pair-à-pair
  • Méthodologie agile, organisation d’ateliers utilisateurs, démarche collaborative inspirée du design
  • Contributions aux communs, animation de la communauté Fédérage, tenue de webinaires


Informations liées au Commun et au problème identifié

Fédérage développe un modèle de régénération des communs. L'auto-financement est de même nature qu’un marché actuel où on fait cotiser les acteurs du marchés pour constituer des réserves de valeurs et assurer le bon fonctionnement des règles du commun. L’actif est un moyen de paiement puisqu’il peut être échangé contre un autre actif, dont le règlement est l’équivalence des prix entre ces deux actifs.

Fédérage, c’est fédérer tous les acteurs qui souhaitent assurer leurs valeurs par des flux financiers. Un outil comptable et financier au service des communs, dans lequel chaque contributeur peut-être rétribué par un actif, valorisé au sein de sa communauté et échangeable comme monnaie avec d’autres communautés. Notre outil organise une traçabilité par défaut puisque les objectifs conditionnent l’émission des jetons monétaires.

Fédérage est une solution comptable et financière que les territoires et acteurs bancaires valorisent le potentiel des communs. Nous avons produit un travail d'ergonomie pour offrir une représentation accessible de la banque de données ouverte. Des données ouvertes, partagées et publiques, qui rendent possible de monitorer l’activité réelle des communautés au niveau de leurs achats, bilans et dettes.


Description des actions, livrables et planning associé en proposant des points de passage

La planification sur 12 mois des actions et livrables est disponible ici. Les 3 phases d'investigation, d’expérimentation et de validation de la preuve de concept, sont échelonnées de la manière suivante :

1. Janvier - Avril 2002 : Investigation

  • Diagnostic territorial : identifier les besoins locaux, définir les critères de valorisation, organiser une communauté
  • Modélisation des actifs : rédiger le cahier d’engagements, production des décisions, évaluation des actifs
  • Développement logiciel : application web progressive, algorithme de titrisation d’actif, registre comptable partagé

2. Avril - Septembre 2022 : Expérimentation

  • Collectivité pilote - registre de comptabilité publique-privée, mutualisation des ressources territoriales
  • Monitorage des flux : 4 expérimentations territoriales, observation des flux de valeurs, regénération des actifs
  • Tests et débugages : optimisation des fonctionnalités de l’application, correctifs et améliorations sur l’infrastructure

3. Septembre - Décembre 2022 : Validation

  • Gouvernance partagée - décisions traçables sur les objectifs négociés, évaluation avec l’ADEME et parties prenantes
  • Croissance des communautés - analyse des indicateurs d’impact, valeur des actifs titrisés et nombre de contributeurs
  • Pivot ou industrialisation - pivot de la plateforme ou déploiement de l’application à plus grande échelle


Taille de la communauté de contributeurs et d'utilisateurs impliquée

Nous cherchons à nouer des partenariats avec l’AFD, le Crédit coopératif, la Banque des Territoires afin de co-construire un outil de gestion en temps réel de la valeur des communs.

Notre contribution à l’écosystème ADEME vise à mettre en lien les communs par le paiement entre actifs, ce qui permettra d'enrichir les coopérations entre projets engagés dans l’appel à communs.

De notre coté, nous pouvons mobiliser environ 40 contributeurs.


Estimation du Rapport Coût / Impact du Commun dans le domaine de la résilience

Il est difficile à ce stade d’évaluer précisément le rapport coût / impact du commun Fédérage. Ce que nous pouvons affirmer est que Fédérage permet de transférer quasiment sans coût un actif d’un territoire à un autre, donc de contribuer de manière décentralisée à la production de valeur ce cet actif.

Tout l’enjeu est de développer un maillage numérique territorial capable de valoriser l’hyper-local au sein d'un commun, notamment à l'échelle francophone. Avec sa banque de données ouverte, Fédérage vise à cartographie des liens de dépendances type glocalisation. Les échelles territoriales peuvent être adaptées aux objectifs poursuivis.


Commun et intérêt général

  • Notre projet améliore la coordination entre acteurs public et privés : le cadastre territorial forme des territoires à coordonner des communautés sur des objectifs partagés. Les plans comptables consolidés qui en résultent, induisent la capitalisation dans chaque communauté de tous les actifs communs, nécessaires à la transformation de valeur communautaire sur les territoires qui les portent et les alimentent.
  • Notre projet parvient à produire des effets là où le marché seul n’y parvient pas : notre ingénierie monétaire assure que les communautés n’émettent de crédit à leur membres qu’à proportion des titres adossés en contreparties. Cela incite chaque membre à produire des informations justes pour le compte de sa communauté, et ainsi assure que les unités monétaires (en euros) seront dépensées dans les conditions pour lesquelles elles ont été émises.
  • Participe à la réalisation d’un objectif d’intérêt général et génère un bénéfice global pour la société : l’engagement par les comptes (accomptabilité) est individuelle, sachant que chaque usager engage la responsabilité au bilan actif-passif de sa communauté. Les communautés peuvent mutualiser et apprécier les engagements souscrits au nom de l'intérêt général, par une modélisation informationnelle des flux à l’émission, la transaction et la responsabilité.
  • Lève des barrières à l’entrée pour de nouveaux acteurs: expérience utilisateur : le point de départ des expériences utilisateurs est de virtualiser n'importe quelle discussion-négociation d’actifs réels. Le saut technologique n'est pas dans la simplification ou rapidité des transactions, mais dans l’interface de description et de délimitation de la valeur qui sera mesurable en jeton monétaire.
  • Ne génère pas des effets d’enfermement propriétaire ou lock-in : l'offre de valeur est le pilotage des communautés ouvertes qui peuvent faire adhérer continuellement de nouveaux membres. Notre système n'enferme pas dans des enclos captifs. Si un usager ne trouve pas de ressources à produire et valoriser à l'intérieur d'une communauté, il pourra simplement le faire dans une autre, voire amorcer une nouvelle communauté lui-même.
  • Participe à la création de standard ouvert pour tous les acteurs d’un domaine : notre moteur technologique propose un standard ouvert de titrisation d’actifs qui permet aux communautés de s’organiser et d’investir des objectifs de valeur commune. La capacité d’émission monétaire est indexée sur l’appréciation autonome de la valeur par la communauté de confiance, toujours inter-opérable pour d'autres acteurs provenant de domaines différents.

5.Autodiagnostic :

Le problème est-il défini ? Seul ou par plusieurs personnes ?

Le projet répond à 3 objectifs :

  • Proposer un outil de gestion en temps réel de la valeur des communs
  • Faire émerger une communauté qui valorise des actifs portant sur la résilience
  • Co-produire l'appréciation de la valeurs entre financeurs et acteurs locaux


Y a-t-il d’autres contributeurs prêts à travailler sur ce Commun ?

Oui, nous sommes une équipe de 3 personnes pouvant dédier chacun 2 à 3 jours par semaine. De plus, nous allions engager des acteurs supplémentaires dans le développement de l’application, ainsi qu’une communautés de bêta-testeurs. À cela s’ajoute notre modèle de coopération économique, conçu pour agréger les liens entre les communautés, permettant de mutualiser ressources et connaissances.


Préciser la compréhension du contexte, la définition considérée de la résilience et l'impact du Commun sur le défi considéré

La comptabilité et la monnaie de de résilience identifie que les flux de valeur échangés par l’internet s’extraient des réalités territoriales. Ces flux n’engagent pas de responsabilité réelle par des prélèvements nets qu’ils pourraient opérer sur le capital commun. Il en résulte que le coût et la valeur réelle des communs, ne sont que partiellement intégrés dans le calcul économique des personnes privées, donc écartés du prix effectif lors des transactions.


Est-ce que les contributeurs sont structurés via une association, entreprise pour recevoir des financements ?

Oui, via l’entreprise SAS FEDERAGE n’ayant à ce jour jamais reçu d’aide publique.


Est ce que les besoins sont exprimables pour développer le commun ? oui/non

Oui, les besoins sont détaillés sur un plan technique et au regard des communautés de communs.


Le projet de commun s’attachera à développer un ancrage territorial (en France ou dans le monde francophone), en lien si possible avec une collectivité

Nous agréons des communs existants de l’écosystème ADEME et amorçons des communautés nouvelles. Nous échangeons avec plusieurs collectivités pilotes pour le projet par le biais des conseillers-experts de l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires. Nous sommes ouverts à toute autre expérimentation du monde francophone.


Le projet de commun sera collaboratif, avec des consortiums non seulement interdisciplinaires, mais ouverts aux acteurs et aux parties prenantes des sphères économiques, associatives ou publiques, lorsque cela sera pertinent

Notre commun est ouvert aux parties prenantes des sphères économiques, associatives ou publiques. Le groupement d'intérêt économique (GIE) Fédérage pose un cadre à la mutualisation des moyens au service de ses adhérents. Cette structure juridique extrêmement souple est la pierre angulaire des collaborations à l'intérieur du commun.


Des personnes comme Paul Jorion qui tient le Blog optimiste du monde occidental et Michel Bauwens de la fondation P2P peuvent être mobilisés. Des organisations comme les néo-syndicats Impact France où les Indépendants peuvent être parties prenantes de l’expérimentation. Les communs Data Food Consortium et Data Patch sont aussi intéressés.


Quels sont les besoins à ce jour pour passer à l'étape suivante  :

  • Accès à des financements pour réaliser la feuille de route, passer de l’idée à une preuve de concept validée, mesurer les objectifs de résilience territoriale
  • Expérimenter en situation réelle : agréger des communautés, déployer notre solution sur des territoires d’expérimentations, enrichir les éco-systèmes de l’ADEME et de l’AFD
  • Conseils sur le sujet des communs : structuration juridique du projet en commun, gestion du projet en mode collaboratif et ouvert


Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Produire, financer et gérer ses actifs en commun: aucun pour le moment


Suivi des actions

Search actions Add an action See this page for more information
Open
+ A faire0
+ En cours0
+ Fait0