Vers des espaces verts résilients et inclusifs : Quelles opportunités d’emplois pour les entreprises adaptées dans le territoire des Hauts de France à l’horizon 2025/2030 ?

De Resilience Territoire


Le projet vise à modéliser "un espace vert du futur" résilient au changement climatique, et, à travers sa mise en pratique sur des sites pilotes (entreprises, collectivités,...), à définir des indicateurs d'impacts : gains environnementaux et opportunités d'emplois pour les travailleurs en situation de handicap au sein des entreprises adaptées du secteur des espaces verts en Hauts de France


Description : Le secteur de l’aménagement et de l’entretien des espaces verts est fortement représenté au sein du secteur adapté : 38 % des EA au niveau national développent des prestations de services dans ce domaine. Les espaces verts sont encore plus présents dans le territoire des Hauts de France qui compte au total 70 entreprises adaptées, dont près de 60 % sont positionnées sur des activités d’aménagement et d’entretien des espaces verts. Il s’agit donc d’un secteur pourvoyeur d’emplois pour les personnes en situation de handicap. Les entreprises adaptées, en tant d’acteurs engagés dans les territoires, peuvent apporter leur contribution pour trouver des solutions face au double enjeu du changement climatique et de l’inclusion des personnes en situation de handicap, solutions fondées sur la nature. Le projet vise à mener une étude-action permettant de faire évoluer leur offre de services dans le domaine de l'aménagement et de l'entretien des espaces verts, afin de contribuer à la création "d'espaces verts du futur", espaces communs résilients et inclusifs. A travers cette nouvelle offre de services, elles pourront sensibiliser et accompagner leurs clients publics et privés vers une meilleure gestion de leurs espaces verts, le développement d’une agriculture (urbaine) durable, et l’amélioration des chaînes de valeur pouvant promouvoir une conversion à la gestion durable des ressources naturelles et à la réhabilitation des écosystèmes dégradés, tout en créant des emplois accessibles aux personnes en situation de handicap.

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource : ENEDIS Nord-Pas de Valais PI&RP

Contributeurs : Laurentfornairon

Défi auquel répond la ressource : 1- Connaissances - Ressources, B- Alimentation et agriculture, D- Ilots de chaleur, E- Gestion de l'eau et des sols

Autre commun proche :

Richesse recherchée : Financement, Conseil Expertise, Expérimentation

Compétences recherchée : Facteurs de résilience/Economie, Anticipation/Prospective

Communauté d'intérêt :

Type de licence ? Creative Commons

Niveau de développement : Idée

Cloud / Fichiers :

Espace verts du futur.jpg

Tags : Handicap, Emploi, Résilience, Entreprises Adaptées, Espaces verts, Territoires, prospectives métiers, anticipation

Catégories : Connaissance

Thème : Général/Modèles, Vulnérabilités/Sociale, Facteurs de résilience/Economie, Anticipation/Veille, Anticipation/Prospective

Candidat Appel à Communs : candidat 18 Juin

Référent ADEME : Héloïse calvier

Référent du commun : Pascaleodoux


Les 5 parties ci dessous sont à remplir obligatoirement pour analyser le commun et vous conseiller

Candidat Appel à Communs : candidat 18 Juin

Montant Aide souhaitée (en Euro) à l'Appel à Communs Résilience : 50000

1.Détails du Financement :

Plusieurs phases sont prévues pour la mise en œuvre du projet : - phase 1 et 2 entre septembre 2021 et décembre 2022 = modélisation et étude prospective : budget prévisionnel total de 93 300 € (ADEME + AGEFIPH + UNEA + DIRECCTE Hauts de France). - phase 3 entre décembre 2022 et décembre 2023 = expérimentation sur sites pilotes : budget prévisionnel de 37 700 € (fonds propres + Fondation de France)

Soit un budget total de 131 000 € dont 50 000 euros de l'ADEME (cf. détail en pièce jointe - 3 onglets dans le fichier excel).

Fichier:BUDGET MUTECO HDF UNEA
détail recettes dépenses Projet "Espaces Verts du Futur" UNEA

2.Détails Résilience et Territoire :

Le secteur de l'aménagement et de l'entretien des espaces verts est pourvoyeur de nombreux emplois pour les personnes en situation de handicap au sein des entreprises adaptées: 60 % des EA des Hauts de France sont positionnées sur des activités d’ aménagement et d’entretien des espaces verts. Ce secteur est cependant confronté à des difficultés de recrutement (liées notamment à un manque d’attractivité et à la pénibilité de certaines tâches) et à d'importantes mutations, sous l’impact notamment des préoccupations environnementales croissantes des donneurs d’ordre, et plus largement des citoyens, liées au changement climatique et à la recherche d’infrastructures et d’espaces verts résilients et sources de biodiversité. En témoigne les évolutions des demandes de certains donneurs d’ordre (entreprises ou collectivités) tels qu’ENEDIS Lille, partenaire de l’UNEA, qui vient de faire évoluer son cahier des charges de façon à y intégrer de nouveaux critères de sélection de ses prestataires en charge de la gestion de ses espaces verts, ainsi qu’une nouvelle grille tarifaire incitant ces prestataires à intégrer dans leurs offres : - Un engagement en faveur du respect de la biodiversité faune et flore (flore locale, ruches, …) - Des pratiques de gestion raisonnée des ressources (gestion arrosage, paillage, …) - Des services innovants mixant le paysager et le potager (agriculture urbaine, nature en entreprise, nature en ville, jardins urbains, toitures végétalisées…) au service du bien être des salariés et de leur environnement.

Ces mutations peuvent constituer à la fois :

- Un risque pour le secteur adapté s’il ne parvient pas à acquérir les compétences nécessaires pour répondre aux futures demandes de ses donneurs d’ordre : il s’agit de plus en plus de mixer des compétences d’aménagement et de production agricole, tout en prenant en compte les enjeux environnementaux actuels (adaptation au changement climatique, stockage carbone, biodiversité, alimentation, ….).

- Une opportunité de développement, de montée en compétences des salariés, et de création de nouveaux emplois, voire-même de nouveaux métiers au profit de demandeurs d’emploi en situation de handicap, à la croisée entre les métiers de production agricole et les métiers paysagers, répondant à de nouvelles manières de produire, d’habiter, de travailler et de consommer…L’évolution des métiers des espaces verts peut également contribuer à les rendre davantage attractifs, en introduisant de nouvelles tâches moins pénibles, et de nouvelles activités plus « valorisantes » pour les salariés (récolte du miel ou entretien de potagers collaboratifs en entreprise,…).

Pour se saisir de ces opportunités et s'inscrire dans une démarche de transition écologique, les entreprises adaptées de la région Hauts de France doivent être force de proposition auprès de leurs clients ( entreprises et collectivités du territoire), en leur proposant de nouvelles prestations « clé en main » favorisant de nouvelles pratiques allant dans le sens de "l’écolonomie", du développement de l’agriculture urbaine, etc. Il s’agit de répondre à la demande des entreprises et collectivités déjà engagées, ou de sensibiliser celles qui ne le sont pas en leur proposant des prestations innovantes contribuant au mieux-être social et environnemental (changement climatique, protection de la biodiversité,…). Par ailleurs, à travers l’étude-action que l’UNEA souhaite engager, notamment avec l’appui de la DIRECCTE, de l’ADEME et de l’AGEFIPH Hauts de France, sa volonté est de susciter une approche "multiacteurs", avec de nouveaux partenariats dans une logique d'écosystème qui doit nous permettre d’agir efficacement, en prenant en compte la lutte contre toutes les précarités, le plus souvent aggravées par les dérèglements climatiques : - Quelles solutions adaptées concrètes et opérationnelles pour adapter les espaces verts au changement climatique tout en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre et les rendre résilients face au climat de demain ? - Quels bénéfices en tirer pour aujourd’hui et pour demain dans nos entreprises adaptées ? - Comment faire le choix d’une économie et d’une société décarbonées et envisager cette option non pas comme une contrainte à subir ou un objectif inaccessible mais comme une chance à saisir et un mouvement à accélérer ? ».

L’UNEA est persuadée que les entreprises adaptées, en tant d’acteurs engagés dans les territoires, peuvent apporter leur contribution pour trouver des solutions face au double enjeu de la lutte contre le changement climatique et de l’inclusion des personnes en situation de handicap, solutions d’adaptation fondées sur la nature.

3.Détails Impacts environnementaux :

L’étude-action a pour objectif d’aider les entreprises adaptées à faire évoluer leur offre de services pour anticiper les évolutions des modes de gestion des « espaces verts du futur » et accompagner leurs clients dans la transformation de leurs espaces. Différents indicateurs seront définis avec l'appui d'experts (consultants dans le domaine de l'environnement, écoles d'ingénieurs associées au projet, experts en prospective "emploi-compétences") Il s'agira de modéliser un espace vert « résilient » :

  • définition d’un espace vert du futur qui doit être résilient par rapport au changement climatique, un refuge pour la biodiversité et source de bien-être pour les salariés ; élaboration d’un schéma « avant-après » faisant apparaitre les composantes de l’espace, les évolutions pour améliorer la prise en compte des enjeux environnementaux (biodiversité, réduction des émissions de GES) et des enjeux de l'adaptation au changement climatique (assurer le confort des usagers, favoriser des aménagements et des espèces adaptées au changement climatique, gérer les eaux pluviales), par exemple : passer d’une pelouse à un potager, d’un parking en béton à des arbres,…
  • définition d'indicateurs d’impacts écologique (gains en CO2, biodiversité, qualité des sols, …), sociaux (emplois, bien être des salariés,…) et économiques (quels impacts sur le modèle économique de l’activité d’aménagement et d’entretien des espaces verts ?) de ce nouveau mode de gestion des espaces en entreprise, que les EA pourront promouvoir auprès de leurs clients ;
  • Evaluation du potentiel de développement de ces espaces par les entreprises de la Région Hauts de France et simulation des gains potentiels économiques, sociaux, environnementaux et climatiques (stockage carbone, réduction des consommations énergétiques, potentiel nourricier des espaces mis à disposition à des fins alimentaires, ...) à l’échelle régionale (exemple : scénario sur la base des transformations des espaces déjà gérés par les EA pour le compte de leurs clients, extrapolation à l’échelle de la Région,)
  • Identifier du potentiel de création d’emplois directs générés dans le secteur adapté et plus largement, en région à l’horizon 2025/2030 (projections quantitatives en nombre d’emplois potentiels)
  • Qualification des types d’activités et de métiers à développer (référentiels métiers) au sein des entreprises adaptées, et les actions de formation à créer ou l’offre de formation à adapter (référentiels ou blocs de compétences à développer) pour favoriser la sécurisation des parcours des salariés en situation de handicap, leur accès à l’emploi et leur mobilité professionnelle dans le secteur des espaces verts au regard des mutations observées (plan d’actions).

Ces travaux d'études seront restitués dans un rapport d'étude. Une synthèse sera réalisée, et mise en forme avec l'appui d'un cabinet expert en communication afin d'en vulgariser les résultats et de les diffuser largement auprès du réseau des entreprises adaptées, et des entreprises et collectivités pouvant s'approprier le modèle d'espace vert du futur qui sera défini. Ces donneurs d'ordre pourront ainsi faire appel au secteur adapté pour les aider à s'engager dans la transition environnementale de leurs sites, favorisant leur labellisation permettant de distinguer les jardins et espaces verts qui appliquent une démarche sociale et environnementale dans leur gestion. L'objectif de notre démarche est de démarrer par des expérimentations, mais aussi et surtout de la déployer à plus grande échelle, en région et au niveau national grâce au réseau des entreprises adaptées, de façon à apporter notre contribution à la lutte contre le réchauffement climatique tout en créant des emplois pour des personnes éloignées de l'emploi.

4.Synthèse du projet de Commun :

L'UNEA, porteur du commun, est une fédération d'entreprises adaptées dont l'une des mission est de dynamiser les initiatives territoriales en faveur de l’inclusion des Travailleurs Handicapés (expérimentation de projets avec les acteurs de l’écosystème) et d'accompagner le développement des entreprises adaptées. Les activités liées aux espaces verts sont très présentes au sein du secteur adapté dans la Région des Hauts de France. Le secteur adapté doit être en capacité d'anticiper les mutations de ces métiers pour préserver et créer de nouveaux emplois au profit des travailleurs en situation de handicap. C'est pourquoi l'UNEA Hauts de France s'engage dans une démarche prospective, ayant 3 objectifs principaux, qui constituent également les 3 grandes étapes du projet (prévues entre septembre 2021 et décembre 2023*) :

  • Premièrement : Modéliser, avec les partenaires du projet, un "espace vert du

futur" : quelles en sont les composantes pour en faire un espace vert résilient ? Quelles solutions pour augmenter la place du végétal et désimperméabiliser les sols en ville ? Comment rafraîchir les espaces face aux phénomènes d’îlots de chaleur ? comment les rendre plus résilientes face au risque d’inondations ? comment réintroduire des végétaux comestibles et redonner de la place à la faune...etc ?.

  • Deuxièmement : Réaliser une étude prospective permettant à la fois d'évaluer les

impacts environnementaux de la transformation des espaces verts de la Région en tenant compte de ce modèle (en partant du périmètre des espaces entretenus par les Entreprises Adaptées chez leurs clients publics et privés, et de mesurer les impacts sur les emplois et compétences dans les entreprises adaptées (à partir d'un état des lieux de l'existant, quelles nouvelles compétences faut-il développer ? quelles nouvelles opportunités d'emplois pour les personnes en situation de handicap qu'elles emploient ?)

  • Troisièmement : Accompagner l'expérimentation de la transformation d'espaces

verts sur quelques sites expérimentaux en Région Hauts de France en associant un panel d'Entreprises Adaptées (en tant que prestataires de services d'espaces verts) et de donneurs d'ordre (collectivités, entreprises privées) volontaires et engagées dans ce projet. Des objectifs transversaux sont inhérents à ce projet : la capitalisation et la communication en vue d'essaimer la démarche à la fois au niveau régional, mais aussi national.

le financement de l'ADEME serait affecté sur la première étape du projet (septembre 2021 à aout 2022).

5.Autodiagnostic :

Le problème est-il défini ? seul ou par plusieurs personnes ? Le projet a trouvé sa source dans le cadre d'un partenariat avec la société ENEDIS qui a pris l'initiative, dans le cadre de sa démarche de responsabilité sociale d'organisation (RSO), de faire évoluer son cahier des charges concernant les prestations d'entretien des différents espaces verts de ses sites, de façon à y intégrer de nouveaux enjeux sociaux et environnementaux, avec la volonté notamment de faire travailler les entreprises adaptées, tout en développant des pratiques respectueuses de l'environnement permettant d'aller vers une labellisation de ses espaces verts. Ce partenariat nous a fait prendre conscience de l'importance d'anticiper les mutations impactant ce secteur d'activité, et d'innover pour trouver des solutions face aux enjeux climatiques et de développement de l'emploi dans nos entreprises inclusives. Certaines entreprises sont pro-actives sur ces sujets, et inspirantes, par exemple l'entreprise Pocheco à Forest sur Marque (Nord) qui a développé le concept d'écolonomie, ou encore des starts up telles que les Blobs dont la mission est d'implanter des jardins comestibles dans les espaces urbains des entreprises, copropriétés et collectivités. Son objectif : faire germer au cœur des villes des fruits et des légumes … tout en créant du lien social ! Certaines collectivités s'engagent également dans cette voix, par exemple la ville de Nantes qui veut se transformer en un gigantesque potager, les légumes cultivés à la place des fleurs allant gratuitement aux familles défavorisées. Toutes ces initiatives alimentent notre réflexion et nos idées pour mener à bien notre projet.

  • Y a-t-il d’autres contributeurs prêts à travailler sur ce Commun ?

Notre partenaire ENEDIS (figurant parmi les acteurs « ressource ») est prêt à expérimenter sur ses sites en Région et à faire le lien avec d’autres entreprises du territoire : RTE, Dalkia, GRT Gaz et GRDF et d’autres entreprises du réseau Alliances. Par ailleurs, l’objectif est de mobiliser les EA et leurs donneurs d’ordre qui leur confient la gestion de leurs espaces verts. Enfin, l’ADEME Hauts de France a évoqué l’idée de mobiliser les collectivités du territoire engagées dans des plans climats, alimentation ou autre politique engagée vers un mieux disant social et environnemental qui pourraient être intéressées par notre projet commun. La « communauté" est en cours de construction. Plusieurs acteurs sont d’ores et déjà mobilisés : DIRECCTE HDF (convention signée), AGEFIPH (convention signée), ENEDIS, le réseau des CFFPA des Hauts de France (accord de principe pour participer au pilotage), deux Entreprises Adaptées "pilotes" dans le Nord et en Picardie, le GEIQ Emploi et Handicap,... D’autres acteurs sont en cours de sollicitation : ADEME, Fondation de France (dossier en cours), OFB, URCPIE, ADOPTA....

  • Préciser la compréhension du contexte, la définition considérée de la résilience et l'impact du Commun sur le défi considéré

Les espaces verts sont des ressources partagées par les habitants, les salariés, les écoliers,…Il génèrent en entreprise adaptée de l’activité économique, qui doit évoluer de façon à intégrer des solutions nouvelles d’aménagement et d’entretenir des espaces de façon à les rendre davantage résilients au changement climatique, plus respectueux de la biodiversité, parfois source d’alimentation, et pouvant favoriser l’inclusion de personnes éloignées de l’emploi en situation de handicap. C’est ce triple défi écologique, social et économique qui motivent le présent.

  • Est-ce que les contributeurs sont structurés via une association, entreprise pour recevoir des financements ?'

Notre Union Nationale (UNEA) est une association loi 1901, implantée à Paris mais représentée en Région par ses Déléguées Régionales (cheffes d’entreprises adaptées) et sa chargée de mission régionale. Notre association sera l’interlocuteur pour la gestion des fonds dédiés au projet. Les autres contributeurs seront associés au projet via un comité de pilotage animé par l'UNEA

  • Est ce que les besoins sont exprimables pour développer le commun ?

Plusieurs besoins sont identifiés : financements (cf. budget prévisionnel) Connaissance / expertise : recours à des consultants / participation d’associations expertes sur les questions environnementales

  • Le projet de commun s’attachera à développer un ancrage territorial (en France ou dans le monde francophone), en lien si possible avec une collectivité

Le projet est mis en œuvre sur la Région Hauts de France. Il pourra impliquer plusieurs collectivités partenaires notamment sur le seconde phase du projet (mise en pratique sur des espaces appartenant à des collectivités ou des entreprises privées)

  • Le projet de commun sera collaboratif, avec des consortiums non seulement interdisciplinaires, mais ouverts aux acteurs et aux parties prenantes des sphères économiques, associatives ou publiques, lorsque cela sera pertinent

Le projet vise à associer largement les mondes économiques, associatifs et institutionnels, de façon à créer un éco-système favorable à sa réussite et durable dans le temps (participation au pilotage, aux instances de suivi technique, mise en œuvre des expérimentations, essaimage au sein du réseau national des EA). Les premiers partenaires mobilisés ou en cours de mobilisation sont les suivants : - LA DIRECCTE (convention signée) en tant que financeur et qu’acteur des politiques de l’emploi - La Région Hauts de France (service nouveau modèle agricole) - L’ADEME en tant que financeur (sous réserve) et qu’expert des politiques environnementales - L’AGEFIPH (convention signée) : en tant qu’acteur des politiques de l’emploi des personnes en situation de handicap, qu’animateur d’un réseau d’entreprises (club RRH) pouvant être consultées dans le cadre de l’étude (pratiques d’achats en matière de prestations d’espaces verts), financeur des actions d’ingénierie de formation et des actions de formation des salariés en CDD Tremplin / en EATT qui pourront être mises en place à l’issue de l’étude - ENEDIS Lille : en tant que donneur d’ordre engagé dans une démarche visant à faire évoluer les pratiques d’aménagement et d’entretien des espaces verts de ses sites en Région (et en France), en y intégrant la biodiversité, la gestion raisonnée, l’agriculture urbaine et souhaitant développer des partenariats innovants avec le secteur adapté dans le territoire. - Le réseau régional des CFPPA : en tant qu’acteur de la formation aux métiers des espaces verts et de l’agriculture, partenaire de l’UNEA pouvant construire une offre adaptée aux besoins des EA à l’issue de l’étude prospective qui sera réalisée. - Le GEIQ « Emploi et Handicap » qui pourrait à terme recruter et mettre à disposition des entreprises du territoire des salariés (sortant de CDD Tremplin) sur les nouveaux métiers identifiés (entretien ruches, potagers d’entreprise, jardins aromatiques, terrasses et toitures végétalisées,). - Les principaux OPCO concernés, en tant que financeur de la formation - Deux entreprises adaptées "pilotes" : EPONA et AFEJI du Littoral qui développent des activités dans le secteur des espaces verts sur la région - Le réseau s’entreprise Alliances qui anime un club d’entreprises sur la RSE (à démarcher) - L'URCPIE - L'ADOPTA. Association pour le Développement Opérationnel et la Promotion des Techniques alternatives en matière d'eaux pluviales - L’OFB : Office Français de la Biodiversité

  • Quels sont les besoins à ce jour pour passer à l'étape suivante  :

Les principaux besoins sont des besoins financiers, et d’expertise (consultants). Ces derniers pourront avoir recours à des données / communs existants (par exemple pour modéliser un espace vert du futur et ses impacts attendus sur le plan environnemental).


Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Vers des espaces verts résilients et inclusifs : Quelles opportunités d’emplois pour les entreprises adaptées dans le territoire des Hauts de France à l’horizon 2025/2030 ?: aucun pour le moment


Suivi des actions

Search actions Add an action See this page for more information
Open
+ A faire0
+ En cours0
+ Fait0