Territoire E+C- : Différence entre versions

De Resilience Territoire
Ligne 18 : Ligne 18 :
 
|commonscategorie=Connaissance
 
|commonscategorie=Connaissance
 
|Theme=Général, Général/Approches, Général/Enjeux, Général/Domaines, Vulnérabilités, Vulnérabilités/Ecosystémique, Vulnérabilités/Socio-biologique, Vulnérabilités/Démographique, Vulnérabilités/Sociale, Vulnérabilités/Energétique, Vulnérabilités/Economique, Vulnérabilités/Culturelle, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Infrastructure, Facteurs de résilience/Instruments, Facteurs de résilience/Urbanisme, Anticipation, Anticipation/Indicateur, Anticipation/Prospective, Gestion de crise/Préservation des services essentiels, Regénération, Regénération/Reconstruction, Regénération/Fiabilisation, Regénération/Innovation
 
|Theme=Général, Général/Approches, Général/Enjeux, Général/Domaines, Vulnérabilités, Vulnérabilités/Ecosystémique, Vulnérabilités/Socio-biologique, Vulnérabilités/Démographique, Vulnérabilités/Sociale, Vulnérabilités/Energétique, Vulnérabilités/Economique, Vulnérabilités/Culturelle, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Infrastructure, Facteurs de résilience/Instruments, Facteurs de résilience/Urbanisme, Anticipation, Anticipation/Indicateur, Anticipation/Prospective, Gestion de crise/Préservation des services essentiels, Regénération, Regénération/Reconstruction, Regénération/Fiabilisation, Regénération/Innovation
|from=Ministère
+
|from=TOMARO
 
|to=ADEME,Ministère
 
|to=ADEME,Ministère
 
|othercommon=TACCT Trajectoires d'Adaptation au Changement Climatique des Territoires
 
|othercommon=TACCT Trajectoires d'Adaptation au Changement Climatique des Territoires
 
|Develop=POC et 1er client
 
|Develop=POC et 1er client
 
}}
 
}}

Version du 29 novembre 2020 à 13:59


Assurer la transformation, la flexibilité et le résilience des territoires durables

💼 Porté par TOMARO


Description : Partant du constat que les activités humaines sont parvenues à un niveau mettant en question le modèle dominant consistant à prélever des ressources primaires des milieux naturels, les transformer puis rejeter les déchets dans ces milieux naturels, nous essayons de répondre à la question : comment faire mieux avec moins de ressources extraites ? Avec l’émergence de la comptabilité physique (matières et énergie) et l’analyse en cycle de vie (ACV) des activités humaines, un modèle régénératif apparait, mettant en avant la sobriété, l’efficacité et l’exploitation de ressources renouvelables, issues de récupération ou de recyclage, dans un schéma interconnecté de circuits courts et circulaires, induisant un nouveau paradigme dans les modèles de « production-consommation ». La réflexion sur la demande doit inspirer un changement plus profond sur le programme de la transformation à mettre en œuvre. Il s’agit d’engager des changements de pratiques en articulant simultanément conventions sociales, technologies et habitudes, en s’appuyant sur les références légales, morales, culturelles partagées par les parties prenantes de la communauté.

Il est proposé de transposer aux territoires l’expérimentation bâtiment E+C- à partir de méthodes et d’outils favorisant la créativité et l'intelligence collective, permettant de s'emparer des choix multicritères de réduction des impacts environnementaux sur l’ensemble des fonctions du territoire et engageant la transformation négociée des activités humaines locales, en coopérant avec les autres territoires. L’idée est d’introduire une démarche expérimentale dans l’action publique, de produire des politiques par essai-erreur, d’apprendre de ces expérimentations et de partager cette connaissance. De faire de l'économie circulaire un pilier de la neutralité carbone et d’inviter les acteurs de la fabrique de la ville et des territoires à prendre en compte la maitrise des flux de matières et d’énergie avec l’ACV, de s’emparer d’un ou de plusieurs Objectifs de Développement Durable (ODD) en particulier (comme l’ODD#13 qui réclame de prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions), en considérant tous les autres afin de ne pas avoir de conflits et des boucles de rétroaction négative. De faire croître l’importance des rapports de réciprocité par rapport aux rapports d’échanges et d’autorité.

Il s’agit de proposer une démarche opérationnelle révisant les processus d’urbanisme et d’aménagement du territoire qui accélérerait la transformation et la résilience des activités humaines sur un territoire défini : au contraire des bâtiments, une ville, un territoire peut ne pas connaître de « fin » mais des modifications, des changements plus ou moins importants, plus ou moins rapides. Ce qui nécessite que chaque individu doit en quelque sorte devenir prévisible par les autres pour que l'action collective atteigne le but attendu par tous et que les structures collectives soient conçues pour surmonter ces aléas. L’ambition politique actuelle est de transformer les relations entre l’État et les collectivités territoriales, qui partiraient des besoins et des projets locaux plutôt que d’une solution définie et administrée de manière indifférenciée. Comprendre la ville comme un système de systèmes complexes, établir des objectifs et des stratégies pour arriver à transformer la ville en une ville durable demande l’implication des acteurs de la décision, de la conception, de la fabrication et de l’usage de la ville. Coopération multi-niveaux et synchronisation à différentes échelles de temps sont donc les clés pour révéler les synergies de proximité. Utilisant les capacités de gestionnaire de « communauté énergétique », pourvu de capacités d’anticipation-réaction des flux d’énergie et de matières, mission sera donnée à cet optimisateur de favoriser efficience, flexibilité et résilience du territoire, d’y inclure les externalités, de suivre des indicateurs territoriaux et d’assurer en continu les performances environnementales, sociales et de gouvernance, en coopérant avec les autres territoires, voisins ou plus lointains.

La conception d'une stratégie et/ou d'un projet commun se révèle une tâche complexe, dont la réalisation requiert l'établissement d'un processus d'interaction et de collaboration à même de faciliter la convergence des représentations des acteurs, les reconfigurations des conventions sociales, celles des technologies et saisir leurs capacités à faire évoluer les habitudes. En matière de génération d’idées, le groupe est potentiellement un espace d’expression de propriétés émergentes quand il permet la pleine expression des potentiels individuels, leur croisement, leur multiplication dans des processus « génératifs ». Mais il est aussi souvent le tombeau de l’intelligence et de la performance. La décision optimale n’est pas possible tant que les membres du groupe n’admettent pas de prendre en considération et de traiter de façon critique les informations qui vont à l’encontre de leurs préférences initiales. Les conditions de la pleine expression de l’intelligence collective sont souvent difficiles à réunir et les obstacles sont nombreux. Raisonner et « performer » ensemble est un exercice exigeant. La linéarité et le temps du projet territorial rendant difficile la participation au projet des futurs usagers et des habitants, l’intégration des usagers dans le projet lui-même et la mise en place d’un processus qui permette à l’équipe de projet de comprendre et d’anticiper leurs comportements, leurs besoins et leurs attentes est une autre face de ce défi. Le séquencement de différentes formes de participation est à combiner avec le processus de la fabrique de la ville et du territoire.

A partir de la question posée qui doit être clairement énoncée, une fois le territoire concerné clairement défini, nous proposons de partir des usages à questionner et à poser à l’autorité légitime, l’objet étant de fournir des recommandations d’évolution du processus de fabrication de la ville et du territoire et l’ouvrir à une conception élargie, distribuée et globalisante. Mobilisant les connaissances en psychologie sociale et en ingénierie de projet collaboratif, la construction de la confiance mutuelle sera  au centre du premier dispositif à élaborer, en bâtissant un référentiel commun aux parties prenantes et en y intégrant les personae qui s’inscrivent dans les travaux permettant d’anticiper, d’adapter, de développer et/ou de construire des situations, produits et services futurs. De cette boîte à outils, il faut en articuler différents éléments et les ajuster pour obtenir une méthode adaptée à la problématique soulevée, au capital matériel et social du territoire. Les objectifs et les stratégies associées seront alors définis collectivement et mis en œuvre à partir des engagements pris par la communauté d’y contribuer, tous jouant au même jeu avec les mêmes règles.

Ces expérimentations seront nos objets d’étude au long cours de ce projet d’innovation ouverte : l’analyse du cadre d’émergence et des modes de pilotage de communauté permettant leur développement, en considérant le niveau de satisfaction des citoyens-usagers obtenu dans la durée.

Le document, détaillant le cadre et le modèle proposé du projet de recherche-action d'expérimentation "Territoire E+C-", issu de travaux collectifs, est disponible en "open source". L'un des principes est qu'il est librement exploitable en citant la source. Un autre est qu'il est diffusable selon les mêmes modalités (principe de "contamination" de la licence libre). Il est en format modifiable afin que chaque contributeur puisse l'améliorer, l'enrichir et mieux se l'approprier. C'est dans cet esprit que je souhaiterais, dans un premier temps, recueillir vos retours. Envie d'en savoir plus, d'aller plus loin ? [[1]]

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource : ADEME, Ministère

Contributeurs :

Défi auquel répond la ressource :

Autre commun proche : TACCT Trajectoires d'Adaptation au Changement Climatique des Territoires

Richesse recherchée :

Compétences recherchée :

Communauté d'intérêt :

Type de licence ?

Niveau de développement : POC et 1er client

Cloud / Fichiers :

Fichier:Affiche Territoire E+C-

Tags : Economie régénérative, action publique, adaptation, boite à outils, boussole, communs, design, démarche, eau, eco-conception, ecologie industrielle, environnement, ingenierie, local, maire, mobilité, niveau, organisation, open data, organisation, resilience, régénération ecosystemique, société, sol, territoires, trajectoire, Economie circulaire, transition, urbanisme

Catégories : Connaissance

Thème : Général, Général/Approches, Général/Enjeux, Général/Domaines, Vulnérabilités, Vulnérabilités/Ecosystémique, Vulnérabilités/Socio-biologique, Vulnérabilités/Démographique, Vulnérabilités/Sociale, Vulnérabilités/Energétique, Vulnérabilités/Economique, Vulnérabilités/Culturelle, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Infrastructure, Facteurs de résilience/Instruments, Facteurs de résilience/Urbanisme, Anticipation, Anticipation/Indicateur, Anticipation/Prospective, Gestion de crise/Préservation des services essentiels, Regénération, Regénération/Reconstruction, Regénération/Fiabilisation, Regénération/Innovation

Candidat Appel à Communs :

Référent ADEME :

Référent du commun :


Les 5 parties ci dessous sont à remplir obligatoirement pour analyser le commun et vous conseiller

Candidat Appel à Communs :

Montant Aide souhaitée (en Euro) à l'Appel à Communs Résilience :

1.Détails du Financement :


2.Détails Résilience et Territoire :


3.Détails Impacts environnementaux :


4.Synthèse du projet de Commun :


5.Autodiagnostic :



Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Territoire E+C-: aucun pour le moment


Suivi des actions

Search actions Add an action See this page for more information
Open
+ A faire0
+ En cours0
+ Fait0