Cartographie Nationale des Ressources Locales

De Resilience Territoire


La Cartographie Nationale des Ressources Locales pour la Construction et la Rénovation Frugales ainsi que le Ménagement des Territoires vise à rendre les matériaux biosourcés/géosourcés/de réemploi et les acteurs qui les prescrivent et mettent en œuvre, facilement accessibles à tous.


Description : • Qu’est-ce que la Cartographie Nationale des Ressources Locales, la CNRL?

La cartographie est un outil numérique commun proposé par la Frugalité Heureuse et Créative, et accompagné par l’Assemblée Virtuelle, mis à la disposition de toutes les personnes intéressées, professionnelles ou non, par la rénovation, la construction et l’aménagement frugal via une plateforme en ligne.

La démarche de la CNRL est inspirée de Transiscope. Son objectif est d'agréger des bases de données selon une charte, pour nous le manifeste de la frugalité, sans supplanter les actuels annuaires et cartographies qui ont déjà fait ce travail de recensement des alternatives. En rassemblant ces sources de données thématiques et/ou régionales sur une plateforme nationale unique nous leur offrons une visibilité nouvelle et permettons à l'utilisateur de naviguer entre les réseaux d'acteurs / sources de données.

Notre stratégie est de coupler le financement d'investissement de la région IDF, qui va permettre des avancées techniques conséquentes sur la plateforme, avec un financement de fonctionnement pour animer le réseau de contributeurs et collecter les données de terrain pour alimenter la croissance du commun.

Plus de 400 acteurs sont à ce jour référencés sur la CNRL.

https://carto.frugalite.org/annuaire#/

Capture d'écran de la plateforme

• Pourquoi une nouvelle cartographie?

Il existe aujourd'hui des cartographies de qualité plus ou moins faciles d'accès sur des sujets similaires. Cependant, elles sont, soient limitées à un territoire donné (Ekopolis pour la Région Parisienne, l'ARPE pour la Normandie, etc.), soient à une filière particulière (le RFCP pour la paille, Fibois pour le bois, etc;).

La CNRL se structure certes à une échelle nationale permettant de mutualiser les efforts et d'unifier le rendu mais grâce à son ancrage territorial, au travers des groupes locaux de la Frugalité, elle est nourri par l'expertise des membres à l'échelle locale. Et puisque la Frugalité ne représente aucune filière, la CNRL peut être multi-filières et montrer toute la richesse de ce qui existe aujourd'hui en France.

En outre, dans le cadre du réseau d'architectes, urbanistes, paysagistes, écologues et autres professionnels de la construction et de l'aménagement du mouvement pour une FHC, la CNRL a l'objectif de répertorier non seulement des matériaux, mais également des ressources humaines, des savoir-faire et des exemples inspirants faisant références.

C'est également un vecteur pour mettre en synergie des dynamiques locales autour de ces sujets.

Capture d'écran de la plateforme


• Une courte mais riche existence"

En Novembre 2019, lors des secondes rencontres nationales du Mouvement de la Frugalité , les participants ont exprimé le besoin de mettre en commun leurs réseaux pour faciliter les dynamiques internes. Un premier outil cartographique a donc été développé en s'inspirant de Transiscope entre février et juillet 2020 pour permettre de rassembler les bases de données des groupes locaux sur un support numérique accessible à tous (V1).

En Septembre 2020, suite à la présentation de l'outil aux Grands Voisins lors d’une conférence sur l'interopérabilité puis à sa diffusion lors du cycle de conférence de la FH&C (https://www.youtube.com/watch?v=YOnj6RMzMks&ab_channel=Frugalit%C3%A9heureuseetcr%C3%A9ative), plusieurs interprofessions (FIBOIS, la RFCP), sociétés (Mater), associations (Oikos, ARPE), initiatives (Court/Circuit), et institutions scolaires (ENSA Paris la Villette, ENSA Lille), intéressées par cet outil numérique, nous ont contactées.

Fort de cette dynamique et de cet engouement, nous nous sommes mis en relation avec d’autres acteurs qui ont, pour la plupart, signé le Manifeste (Ekopolis, Bellastock, AsTerre, Amaco, etc.) afin d'élargir l'objet de la CNRL et son cercle d'utilisateurs et contributeurs.

Aujourd'hui, après plusieurs étapes d'évolution et d'amélioration, une version bêta (V2) est disponible gratuitement sur internet, intégrant plusieurs bases de données des groupes, des partenaires mais également des contributions des utilisateurs.

https://carto.frugalite.org/annuaire#/

La prochaine étape (V3) permettra tout à la fois d'étendre et diversifier le nombre de données agrégées ainsi que le public contributeur et utilisateur et de modifier l'outil pour l'adapter aux besoins qui nous sont transmis. Cette étape est possible avec ou sans financement. Cependant, un soutien économique permettrait d'amplifier les effets et d'accélérer le processus ce qui nous semble essentiel dans le contexte environnemental et social actuel.

OBJECTIFS ET MÉTHODE

La cartographie doit donc aujourd’hui répondre à un nouvel enjeu bien plus vaste : fédérer ces différentes sources en intégrant leurs bases de données respectives sur un même support.

En partenariat avec l'Assemblée Virtuelle, nous souhaitons donc centraliser les différentes listes de contacts tant pour les ressources matérielles (fournisseurs de matériaux biosourcés, géosourcés, de réemploi tels que scieries, exploitants, etc.) que pour les ressources humaines (artisans, maîtres d’ouvrage, agences) ou encore les réalisations exemplaires et les documentations.

Et cela dans l’objectif de rendre plus facile pour tous, le recours à des matériaux respectueux de l’environnement, de la santé et du confort des usagers, à des entrepreneurs engagés dans la transition et surtout de visibiliser et valoriser les réalisations déjà existantes, véritables vitrines des savoir-faire de nos territoires, tant sur la faisabilité technique que sur les possibilités esthétiques de ce type de projets.

Cela permet tout à la fois la promotion de ces filières respectueuses des gens et de la nature et les retombées pour l’économie locale qui en découlent.

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource : Assemblée Virtuelle, Association négaWatt, Data Players, Frugalité Heureuse et Créative, Low-tech Lab Boulogne-Billancourt Grand Paris, Réseau Français de la Construction Paille

Contributeurs : Ancelin av ltl, Guillaume av, AudeFHC

Défi auquel répond la ressource : 1- Connaissances - Ressources, C- Urbanisme circulaire

Autre commun proche : GoGoCarto, Le Bus Sémantique, NOÉ - Nouvelle Organisation Événementielle, SITI, Territoire E+C-

Richesse recherchée : Mentorat, Cas d'usages, Financement, Conseil Expertise, Expérimentation, Contributeur - Communauté

Compétences recherchée : Général/Critiques, Vulnérabilités/Ecosystémique, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Culture, Facteurs de résilience/Economie, Facteurs de résilience/Infrastructure, Facteurs de résilience/Instruments, Facteurs de résilience/Urbanisme, Anticipation/Veille, Anticipation/Indicateur, Anticipation/Prospective

Communauté d'intérêt : Cercle tiers-lieux et événementiel de l'Assemblée Virtuelle

Type de licence ? Creative Commons, Creative Commons BY SA 4.0

Niveau de développement : Disponible et validé

Cloud / Fichiers :

Logo carto frugale.png

Tags : Cartographie, Base de données, frugaliteheureuseetcreative, frugalite, architecture, urbanisme circulaire, Economie circulaire

Catégories : Logiciel, Données, Connaissance

Thème : Général/Modèles, Général/Approches, Général/Enjeux, Général/Domaines, Général/Critiques, Vulnérabilités/Ecosystémique, Vulnérabilités/Démographique, Vulnérabilités/Energétique, Vulnérabilités/Economique, Facteurs de résilience/Gouvernance, Facteurs de résilience/Economie, Facteurs de résilience/Infrastructure, Facteurs de résilience/Urbanisme, Gestion de crise/Enjeux, Gestion de crise/Protection, Regénération/Reconstruction, Regénération/Fiabilisation, Regénération/Innovation

Candidat Appel à Communs : candidat 5 Nov

Référent ADEME :

Référent du commun : Ancelin av ltl, AudeFCH


Les 5 parties ci dessous sont à remplir obligatoirement pour analyser le commun et vous conseiller

Candidat Appel à Communs : candidat 5 Nov

Montant Aide souhaitée (en Euro) à l'Appel à Communs Résilience : 20000

1.Détails du Financement :

La CNRL est déjà dôtée d'un budget de 9900 € par la région Île-de-France.

Cette première enveloppe va être utilisée pour développer le commun sur trois aspects :

- 1900 € = montée en version de GoGoCarto (front-end) : résolution des bugs et améliorations des fonctionnalités géolocalisation des données lors de l'import (en tant qu'administrateur), et recherches par filtres avec les catégories de la taxonomie (en tant que visiteur) ; intégration et configuration de la notion d'événement dans GoGocarto, à ce stade nous n'avons pas décidé si les données de type événement seront regroupés dans une nouvelle catégorie de la taxonomie OU affichés sur une autre cartographie parallèle dédiée avec des liens hypertexte entre les fiches techniques des données événements et les fiches des données acteurs corrélées

- XX € = création d'un formulaire d'ajout de données spécifique : en tant que visiteur, je veux pouvoir renseigner les informations sur un acteur sans pouvoir me tromper dans le format d'écriture. Actuellement beaucoup de temps de modération est effectué à corriger les tableurs remplis par les contributeurs (bénévoles et partenaires) car une faute de frappe ou un mauvais symbole de ponctuation dans la colonne "catégories" empêche la bonne lecture et donc l'agrégation par GoGoCarto. Afin d'y remédier nous voulons créer notre propre système d'ajout de données, plus adapté à des contributeurs peu habitués du numérique. L'ajout de données "à la main" pourra ainsi se faire via un formulaire et un tableur préprogrammés qui affichent la liste fixe des catégories possibles et indiquent les erreurs d'écriture au contributeur. Au début nous agrégerons cette source en l'important directement via le back-office de GoGoCarto, puis si son usage s'intensifie nous envisagerons le

- XX € = déploiement d'un

2.Détails Résilience et Territoire :

Pourquoi agir ?

« La ressource pour l’acte de bâtir est la matière première extraite, transformée et façonnée pour devenir un matériau ou un élément de construction. Longtemps ce processus s’attachait à un territoire où les gisements généraient des logiques de filière, accompagnant les installations humaines et façonnant des cultures constructives spécifiques. L’ère industrielle, ses infrastructures de production et de transport, et les nouveaux matériaux génériques comme le béton, le verre et l’acier ont déconnecté la ressource des territoires. Le marché mondialisé a amplifié cette déconnexion et les signes d’épuisement sont partout visibles avec, dans leurs sillons, un nombre important de conséquences pour les peuples et les écosystèmes. (...) une matière aussi abondante que le sable est en stress d’épuisement partout sur la planète, à cause surtout de la fabrication en béton armé. Les approvisionnements en matériaux se fragilisent de plus en plus, par leur soumission à différents facteurs extérieurs (...) qui rendent les prix volatiles, fragilisent et précarisent les entreprises. Sans parler de la destruction des écosystèmes générée par une extraction ininterrompue ou les effets collatéraux sur les mouvements sédimentaires, l’érosion des littoraux ou la pollution des nappes.

Il y a donc urgence à réancrer localement ou territorialement les processus de construction, de rénovation et de ménagement vers plus de résilience, de sobriété, de frugalité. » Extraits de « Commune frugale. La révolution du ménagement » Frugalité heureuse et créative, Actes Sud, à paraître février 2022.

Utiliser moins et mieux les ressources pour les préserver, mieux connaître la ressource dans son milieu et ainsi favoriser son utilisation en circuit court telle est une des ambitions portées par la CNRL.

Ce Commun concerne donc les Matériaux (Ressources Matérielles) mais aussi les Savoir-faire (ressources Humaines), autrement dit les techniques héritées ,intrinsèquement liés à un territoire, comme les nouvelles techniques liées au réemploi ou à l'utilisation de matériaux bio, géosourcés ou innovants non délocalisables.

Avec Qui agir?

La Communauté de la Frugalité est importante et s’agrandit chaque jour. Elle compte aujourd’hui, deux ans et demie après la publication du Manifeste en Janvier 2018, plus de 13000 signataires (https://www.frugalite.org/fr/signataires.html) et 22 groupes constitués répartis sur toute la France Métropolitaine et d’Outre mer. Le mouvement dépasse même les frontières de notre pays et s'implante à l'internationale (Belgique, Maroc, Algérie, Turquie, Vietnam, Taiwan et bientôt Allemagne).

La communauté est pluridisciplinaire, les membres sont des professionnels architectes, ingénieurs, urbanistes, entreprises, artisans, paysagistes, consultants, AMO mais aussi agents publics, maîtres d'ouvrage, enseignants, étudiants ou encore issu de la société civile. Ils sont impliqués dans différentes organisations, institutions, associations, collectifs, entreprises au plus près de la réalité du terrain. Ce qui permet d'avoir un lien étroit et privilégié avec de nombreux réseaux professionnels, futurs partenaires potentiels.

3.Détails Impacts environnementaux :

Le secteur aujourd'hui

Les matériaux de construction actuels, leurs productions, leur transport et leur mise en œuvre sont devenus un vrai problème environnemental. Selon le Ministère de la Transition Ecologique, 23% des émissions des GES proviennent du bâtiment, 43% de la consommation électrique finale procède du bâtiment et de la construction et 60 % des déchets sont issus de la construction/démolition (70% en France et 75% en IDF). Si l’on considère les matériaux 2,5% de la demande en énergie primaire sert à la production du béton, la fabrication Ciment produit 5% des émissions de CO2 mondiaux et le sable est le plus gros volume de matière solide extrait au monde (70 à 80 % des 50 milliards de tonnes de matériaux extraites chaque année), etc.

Sans parler du fait que le modèle actuel à un fort impact sur la consommation de sol (55% des terres anthropisées pour l’agriculture et la construction), la création d’ilot de chaleur et l’imperméabilisation (ce qui signifie une raréfaction des ressources car il n’y a pas de retour à la nappe phréatique).

Aussi, au-delà de l'éthique professionnelle que porte les membres de la Frugalité, c’est une véritable nécessité de changer de modèle et ce rapidement. C'est pour accompagner cette démarche qu'a été créé la CNRL.

Quelles impacts espérées?

En effet, à court terme, favoriser l'utilisation de matériaux frugaux en augmentant leur visibilité et simplifiant leur accessibilité permet de : - favoriser les circuits courts en limitant le nombre d'intermédiaire et donc de rendre accessible à un plus grand nombre des produits de meilleure qualité, plus sains pour les usagers. - diminuer les transports, (consommation de carburants, pollution atmosphérique, etc), la dépendance aux énergies fossiles et matériaux en tension (métal, sable, etc.) - former un plus grand nombre d’acteurs à leur mise en œuvre dans une logique de transmission des savoirs vernaculaires et modernes. - favoriser la structuration de filières moins connues et la constitution de groupes capables de répondre à de plus importants marchés (mise en commun d’expérience pour changer d’échelle dans les projets). Terminant ainsi la boucle pour de l’économie circulaire au sein d’un territoire (plus ou moins vaste suivant les matériaux considérés)

A moyen terme, cela permet de : - basculer vers une démarche globale, en termes de construction/rénovation et aménagement, cohérente avec les enjeux sociétaux et environnementaux actuels (en démocratisant ces produits, on peut espérer en faire baisser les couts et donc massifier leur utilisation). -favoriser l’émergence de pratiques vertueuses telles que la réhabilitation, la revitalisation des centres villes, etc. pour limiter l’extension des zones bâties. Une partie du Manifeste est liée à la frugalité en sol (réduction de la consommation des terres) en corrélation immédiate avec les volontés politiques d’atteindre la Zéro artificialisation. - dynamiser des secteurs délaissés ou désertés en réactivant certains bassins d’emploi avec des métiers non délocalisables. -rendre plus autonome les territoires pour ce qui est de leurs projets urbains et architecturaux aujourd’hui très dépendants des marchés mondialisés.

A long terme, l’emploi de matériaux frugaux permet de : - faciliter le réemploi/recyclage car les matériaux biosources/géosourcés et peu transformés comportent moins de composants polluants - limiter la problématique de stockage, enfouissement, incinération en fin de vie car au-delà du réemploi, certains peuvent même retourner à la terre (comme les produits issus de la terre crue par exemple).

Comment les mesurer?

Nous ne sommes pas encore en mesure de produire des données chiffrées précises mais espérons pouvoir travailler avec des acteurs accomplis tels que NégaWatt sur le sujet. Pour sensibiliser le grand public à ces enjeux, au-delà du commun qu’est la CNRL, nous aimerions développer une fresque des matériaux (sur l’exemple de la Fresque du Climat et la Fresque des Territoires) car ces problématiques ne sont pas encore assez connues en dehors du cercle des bâtisseurs.

Sous quel format?

Depuis le début de l’aventure de la CNRL, nous avons intégré le principe de l'Open Data. Nous sommes soutenus par l’Assemblée Virtuelle pour toute la partie technique et cette association est en lien étroit et constant avec la communauté Open Data. D’ailleurs, la première présentation publique de l’outil c’est faite lors d’un conférence sur l’Intéropérabilité aux Grands Voisins en septembre 2020.

4.Synthèse du projet de Commun :


5.Autodiagnostic :


La réalisation du projet de commun sélectionné :

6.Réalisation du projet de commun:



Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Cartographie Nationale des Ressources Locales: aucun pour le moment


Suivi des actions

Search actions Add an action See this page for more information
Open
+ A faire0
+ En cours0
+ Fait0